Précédent   Buzz Comics, le forum comics qui suicide Harley Quinn... > > Rétro

Discussion fermée
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #16  
Vieux 10/01/2007, 21h42
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°87
Lug, avril 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : Le Facteur Alderande ! (21 pages sur 22)
(The Alderaan Factor, in Star Wars #86, août 1984)

Scénario : Randy Stradley.
Dessin : Bob McLeod.
Encrage : Tom Palmer
Couverture : Bob McLeod.

Résumé :

La Princesse Leia se rend sur Yinchor où elle doit rencontrer le conseil des anciens. Mais elle découvre avec stupeur que les Yinchoris qui la conduisent ont passé un accord avec les Impériaux qui dirigent encore la planète et qu’ils doivent la leur remettre en échange de la vie des Anciens. En réalité, les Impériaux n’ont aucune intention de respecter leur part du marché et envoient deux chasseurs taï pour détruire le vaisseau yinchori. Pendant que le pilote tente d’esquiver les attaques impériales, Leïa prend le contrôle de la tourelle et abat leurs deux poursuivants. Mais le vaisseau yinchori a été également touché et s’écrase dans le désert. Avant de perdre conscience, Leïa parvient à envoyer un signal à la flotte rebelle en orbite autour de la planète.

Un garde impérial est envoyé sur place pour s’assurer que personne n’a survécu au crash. Lorsqu’il découvre Leïa, il ne peut se résoudre à la tuer. Il retire son casque et lui révèle qu’il est comme elle originaire d’Aldérande, la planète détruite par l’Etoile Noire. Leïa est choquée que l’un de ses concitoyens puisse avoir rejoint l’Empire. Et plus encore lorsqu’elle découvre que l’homme porte autour du cou une chaîne à laquelle est attachée un caillou provenant d’Aldérande.

Les deux compatriotes vont devoir s’unir pour se défendre contre des Rolk-Mahgir, créatures des sables particulièrement dangereuse. Dans leur fuite, Leïa manque de tomber du haut d’une falaise, mais l’Impérial la rattrape in extremis et lui sauve la vie. Leïa tente de le convaincre d’abandonner l’Empire mais celui-ci, après un moment d’hésitation, refuse et, sous la contrainte de son arme, conduit Leïa au camp impérial. Là, le gouverneur Wessel ordonne qu’elle soit exécutée. Mais le Faucon Millénaire arrive à temps et sème la panique dans le camp. Wessel ordonne au soldat qui l’a conduite ici de l’abattre, mais celui-ci se retourne contre lui et décide de rejoindre la Rébellion. Il est abattu au moment où il tente de monter à bord du Faucon Millénaire. En tentant de lui venir en aide, Leïa arrache sa chaîne, qu’elle conservera en mémoire de sa planète disparue et de cet homme qui lui a sauvé la vie et dont elle ne connaît même pas le nom.


Commentaire :

A nouveau un fill-in – signé d’un illustre inconnu – et à nouveau une histoire très réussie. L’histoire de cet homme originaire d’Aldérande, devenu soldat modèle de l’Empire, soulève différentes questions sur le rôle que tient chaque soldat dans une guerre, ses motivations et ses convictions. Ces réflexions ne nuisent en rien au rythme de l’action, menée sans temps mort. Comme en plus le duo McLeod fonctionne toujours aussi bien, le résultat s’avère être une excellente surprise.


Casting :

Leia Organa, Luke Skywalker, Lando Calrissian, Chiktabba, Sispéo, Dédeux.

Gouverneur Wessel.


MIKROS : Passeports… pour l’Infini (dernier acte) (16 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean Mitton.

Résumé :

Dans l’espace, Saltarella esquive les missiles nucléaires lancés sur elle depuis la Terre et dévie l’un d’entre eux sur le satellite américain qu’elle doit détruire. Elle recommence la même manœuvre avec le troisième et dernier satellite. Au sol, le général Duschmol jubile, la France est désormais la seule puissance nucléaire de la planète. Mais il va rapidement devoir déchanter lorsque Saltarella prend pour cible Spectra 1, le satellite français, et se jette sur lui à pleine vitesse.

Pendant ce temps, un groupe de militaires mené par de la Martinière se rend dans la villa où sont détenus Mikros et Crabby. Julien Delmas a réussi à embarquer discrètement à bord de l’appareil. Sur place, les deux héros sont sortis du lit et conduits devant un peloton d’exécution. A cet instant, un éclair lumineux aveugle les soldats, et Julien envoie son chien Hopla donner une pile électrique à Mikros. Dès qu’il la touche, celui-ci retrouve ses pouvoirs et libère Crabby. Ils partent aussitôt pour l’espace, où ils retrouvent Saltarella, blessée après sa collision avec Spectra 1.

Le général Duschmol est arrêté par la gendarmerie française, mais de la Martinière est toujours libre. Il se souvient du mot de Mikros à Saltarella avant qu’ils ne soient séparés : ‘Good Lug’. La base de données de l’armée lui donne la réponse qu’il cherche : les éditions Lug, à Lyon, qui publient depuis 1979 les aventures de Mikros. Il se rend sur place en hélicoptère et fait irruption dans les locaux. Malcolm Naughton le reçoit et le conduit dans l’atelier où travaille Jean Mitton. Ce dernier attendait la venue de la Martinière et ses hommes. Mais il s’est assuré que Mikros et ses amis ne risquent plus rien : dans son dernier dessin, il les a envoyés dans l’espace, à la recherche d’une planète où ils pourront vivre en paix.


Commentaire :

Le rebondissement final offre une conclusion originale et inattendue aux aventures de Mikros. La série s’achève ainsi sur l’un de ses meilleurs arcs, où pour une fois Mitton n’en rajoute pas dans le pathos et donne à lire un récit très rythmé.


Casting :

Mikros, Saltarella, Crabby.

Julien Delmas, Hopla.

Malcolm Naughton, Jean Mitton.

Hubert de la Martinière, général Duschmol.




LA VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Vaudou (33 pages sur 39)
(Lovers and Zombies, in Vision and the Scarlet Witch #1, octobre 1985)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Andy Mushynsky.
Couverture : Richard Howell.

Résumé :

Dans les locaux du projet Pegasus, Henry Peter Gyrich fait passer des tests à la Vision, à la demande du gouvernement américain, qui s’inquiète de la tentative récente de la part de l’androïde de prendre le contrôle de la planète. Vision a accepté de subir ces tests et interrogatoires, mais la Sorcière Rouge s’impatiente et finit par entrer de force dans les locaux pour y mettre un terme. Lorsque Gyrich lui fait remarquer qu’en temps que Vengeurs ils ont obligation de se soumettre aux contrôles du gouvernement, elle lui annonce qu’ils démissionnent et lui remet leurs cartes de membres de l’équipe.

Vision et la Sorcière Rouge reviennent à Leonia où ils ont décidé de retourner s’installer après l’incendie de leur précédente propriété. Ils se rendent dans une agence immobilière où ils rencontrent un dénommé Norm Webster qui les emmène visiter un vieux manoir. Après la visite, le couple reste dans les parages, et est soudain attaqué par une armée de zombies. En tentant de phaser à travers l’un d’entre eux, Vision subit un contre-choc violent et perd connaissance. La Sorcière Rouge est également assommée et emportée par les zombies.

Les Vengeurs de la Côte Ouest sont à la recherche de Hank Pym et Wonder Man, sans succès. Ils ne parviennent pas plus à contacter la Vision et la Sorcière Rouge. Œil de Faucon contacte la Guêpe et lui annonce le retour d’Ultron (mais il n’ose pas lui annoncer que Hank Pym a été kidnappé). La Guêpe dépêche Starfox sur place pour retrouver Vision et la Sorcière.

Les zombies conduisent la Sorcière Rouge dans une vieille bâtisse située en bordure d’un cimetière où les attendent l’Ergot Noir et Nekkra. Ergot Noir s’emporte en voyant la Sorcière Rouge : c’est la Vision qu’il voulait capturer. Il envoie Nekkra à sa recherche et ligote la Sorcière de telle manière qu’elle ne puisse utiliser ses pouvoirs.

De son côté, Vision, sous sa forme intangible, est resté en contact physique avec un zombie et la douleur est telle qu’il ne parvient pas à s'en défaire. Finalement, à force de volonté, il finit par se dégager. Il ordonne alors au zombie de le conduire à son repère. Sur place, l’Ergot Noir et Nekkra se sont rendus dans le cimetière voisin pour y ranimer quelques cadavres. Ils sont rejoints peu après par le Moissonneur. L’Ergot Noir s’apprête à lui montrer quelque chose dont le Moissonneur a besoin, mais il est interrompu par l’attaque de la Sorcière Rouge et la Vision, qui a réussi à libérer son épouse. Les sortilèges de la mutante sèment le chaos parmi l’armée de zombies, mais une rafale du Moissonneur la met hors-combat. La Vision découvre ce que l’Ergot Noir s’apprêtait à montrer juste avant au Moissonneur : il s’agit de Simon Williams, l’homme qu’était autrefois Wonder Man. Comment est-ce possible ? Vision n’a pas le temps de s’interroger : le Moissonneur a pris Wanda en otage et oblige Vision à l’échanger contre Simon Williams. L’androïde n’a d’autre choix que d’accepter et laisse filer les trois vilains avec Williams. Après leur départ, il contacte immédiatement les Vengeurs de la Côte Ouest.


Commentaire :

En parallèle au début de l’ongoing West Coast Avengers, Steve Englehart démarre cette maxi-série et lie les deux intrigues. Ce qui est justifié par les liens existant entre Vision, Wonder Man, Ultron et le Moissonneur. Au passage, le scénariste en profite pour faire un rappel des origines de la Vision et de la Sorcière Rouge.

Si les dessins de Milgrom sur West Coast Avengers n’ont rien d’extraordinaire, ceux de Howell ici sont encore un cran en dessous. Une prestation au mieux parfaitement quelconque, au pire assez vilaine.


A noter :

Cet épisode se situe juste après Avengers #254 (avril 1985, trad. in Strange n°218, février 1988), où Vision a pris le contrôle de tous les ordinateurs de la planète.

La précédente apparition du moissonneur a eu lieu dans Vision & Scarlet Witch (1ère mini-série) #3 (janvier 1983, traduction in Vision et la Sorcière Rouge, Récit Complet Marvel n°4, novembre 1984).

C’est la deuxième apparition de l’Ergot Noir, après Avengers #152 (octobre 1976, trad. in Vengeur n°5, mars 1986).

La précédente apparition de Nekkra a eu lieu dans Spider-Woman #50 (juin 1983, trad. in Nova n°78-79, juillet-août 1984).


Casting :

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Les Vengeurs de la Côte Ouest : Œil de Faucon (Hawkeye), Oiseau Moqueur (Mockingbird), Iron Man, Tigra.

La Guêpe (Wasp), Starfox, Henry Peter Gyrich, Raymond Sikorski, Norm Webster.

Le Moissonneur (Grim Reaper), l’Ergot Noir (Black Talon), Nekkra (Nekra).
  #17  
Vieux 10/01/2007, 21h47
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°88
Lug, mai 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : Toujours en Activité après toutes ces années… (22 pages)
(Still active after all these Years, in Star Wars #87, septembre 1984)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin & encrage : Tom Palmer.
Couverture : Tom Palmer.

Résumé :

Luke Skywalker se rend sur la planète Shawken, en compagnie de Plif le Hoojib, Kiro, et des pirates Dani, Rik et Chihdo. Ils sont accueillis par Santor, représentant de l’alliance planétaire qui a renversé le gouvernement impérial. Rapidement, les pourparlers qui s’engagent barbent au plus point les trois pirates, et Santor les invite à aller se promener dans de vieilles catacombes récemment exhumées. A l’intérieur, le petit groupe est tenté de s’emparer des vestiges archéologiques qui s’y trouvent, mais il est rejoint par Kiro, venu surveiller la troupe. Une bousculade a lieu, et les issues de la pièce où ils se trouvent se ferment soudainement.

Luke Skywalker est rapidement informé de la situation de ses compagnons. Sur place, des systèmes de défense se sont mis automatiquement en marche, mais Luke parvient à les déjouer. Santor réalise alors qu’il a eu tort d’envoyer les pirates ici : il s’agit de l’ancien repère d’un scientifique de génie, nihiliste convaincu, qui avait mis au point une machine capable de détruire non seulement la planète, mais l’univers tout entier !

Luke Skywalker trouve la pièce où sont enfermés ses camarades, et Plif absorbe toute l’énergie qui s’y trouve, permettant ainsi à la porte d’entrée de la salle de s’ouvrir. Il reste encore à trouver l’arme ultime qui se trouve quelque part dans les catacombes, et à la détruire. Luke et Kiro partent explorer un tunnel, et aboutissent à un immense lac souterrain. Etant amphibien, Kiro n’a aucun mal à le traverser, et de l’autre côté, l’épée laser que lui a prêté Luke lui permet de combattre et de vaincre le dernier système de défense des lieux. Une puissante explosion retentit alors, et Kiro est emporté par un raz de marée. Il est sauvé in extremis par Luke, qui le ramène à la surface, mais il est gravement blessé.


Commentaire :

Mary Jo Duffy a su au fil des épisodes se constituer toute une galerie de personnages secondaires plutôt attachants, et les faire évoluer dans des intrigues mêlant action et comédie. On en retrouve un certain nombre ici, pourtant cette fois la mayonnaise ne prend pas. Outre que la présence de Rik et ses pirates au côté de Luke ne se justifie pas une seconde dans le cadre d’une mission diplomatique, leurs péripéties manquent cruellement d’imagination et de suspense. Et ce n’est pas en sortant de sa manche une arme antique capable de détruire la galaxie que la scénariste parvient à redresser la barre, bien au contraire.

Si on connaît bien Tom Palmer pour son travail d’encreur, il est plus rare de le voir occuper le poste de dessinateur. C’est pourtant le cas ici, et le résultat est mitigé. Certes, on retrouve sa patte, ses vaisseaux et ses bâtiments sont superbes, mais ses personnages sont désespérément figés, ses planches péniblement statiques.


Casting :

Luke Skywalker.

Pliff, Kiro, Rik, Dani, Chihdo, Santor


EPSILON : Enfer en Eden (1ère partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Le 5 mai 2086, Epsilon a quinze ans. Mais son esprit n’est pas à la fête. Il erre dans les jardins d’Eden, suivi par Mentor, son robot de compagnie, en pensant à sa mère. Perdu dans ses rêveries, il est attaqué par surprise par un personnage qui garde le silence. Le combat est interrompu par Mentor, qui annonce à Epsilon qu’il est l’heure pour lui de se rendre chez Preceptor et de prendre ses médicaments. Son adversaire, Gorh-Kan – qui est également son entraîneur – cesse aussitôt ses assauts.

Epsilon se rend chez Preceptor avec quelques minutes de retard, ce qui lui vaut une sévère remontrance. Cela n’empêche pas le jeune homme de continuer à se montrer insolent. Il va perdre un peu de son humeur après avoir pris son médicament, comme chaque jour. Puis il se connecte à télétude et répond à divers questionnaires (histoire, astrophysique, etc.). Mais Epsilon accumule les erreurs et les imprécisions, ce qui est particulièrement inhabituel de sa part. Preceptor est particulièrement fâché de ses résultats. Il n’a cependant pas le temps de s’y attarder : Epsilon doit se préparer pour la venue de son père, qu’il n’a pas vu depuis un an.

Dans la soirée, Epsilon accueille solennellement son père, Raoul de Montségur, Maître du Psi.


Commentaire :

Jean Mitton débute donc ici une nouvelle série, abandonnant ses super-héros pour se lancer dans un récit de s-f. Mitton a déjà touché au genre, notamment avec Cosmo, paru dans Mustang n°62 à 69 (février à septembre 1981). Ce premier épisode ne nous en dit pas beaucoup sur l’univers de 2086, seulement sur son personnage central et le petit monde dans lequel il évolue. Il ne pose pas vraiment non plus les bases d’une intrigue, mais il soulève suffisamment de questions pour que l’on ait envie de lire la suite. Et la révélation de l’identité du père d’Epsilon ne peut que réjouir les fans de Mikros.

Graphiquement, la première moitié du récit est nettement plus réussie que la seconde, où Mitton découpe ses planches en cases minuscules et fait disparaître les décors derrière d’interminables dialogues. Les premières pages en revanche, en extérieur, sont belles, notamment le combat muet entre Epsilon et Gorh-Kan, remarquablement mis en scène.


Casting :

Epsilon.

Mentor, Gorh-Kan, Preceptor, Kerber.

Raoul de Montségur.




LA VISION ET LA SORCIERE ROUGE : En Famille ! (21 pages sur 22)
(Sons, in West Coast Avengers #2, novembre 1985)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Al Milgrom.
Encrage : Kim DeMulder.
Couverture : Al Milgom & Joe Sinnott.

Résumé :

Les Vengeurs de la Côte Ouest (à l’exception d’Oiseau Moqueur) rejoignent Vision et la Sorcière Rouge dans un hôtel et font le point sur la situation (le retour du Moissonneur et d’Ultron, le rapt de Hank Pym et Wonder Man). Pour tenter de retrouver la trace de leurs amis disparus, ils commencent par se rendre dans les locaux désaffectés de Williams Manufacturing Inc., l’ancienne compagnie de Simon Williams, puis chez sa mère, qui leur parle du passé de ses deux fils. Elle leur apprend qu’après la mort de Simon, son frère est parti à Las Vegas. Avant de quitter la vieille femme, Vision lui révèle que son esprit est copié sur celui de Simon. Mme Williams l’accueille comme son propre fils. Peu après, à peine leur Quinjet a-t-il décollé qu’il est attaqué par Ultron.

Le Moissonneur révèle son plan à ses deux prisonniers : il veut transférer l’esprit de Wonder Man dans le corps d’un zombie, créé par l’Ergot Noir, qui est la réplique du corps original de Simon Williams. Un peu plus tard, alors que le Moissonneur se trouve en compagnie de Nekkra, il est interrompu par l’arrivée du Gorille Blanc et réagit très violemment, le traitant même de sale nègre. Ce dernier en informe aussitôt l’Ergot Noir et l’invite à ne plus travailler pour le Moissonneur. Hank Pym, surprenant la conversation, y voit une opportunité pour se libérer, mais Wonder Man est en train de paniquer, terrifié à l’idée de mourir.


Commentaire :

Un épisode pour moitié ou presque composé de flashbacks sur les origines de Wonder Man et de son frère, du coup l’intrigue n’avance quasiment pas. La prestation d’Al Milgrom, cette fois encré par Kim DeMulder, est nettement moins bonne que sur l’épisode précédent, certaines cases sont carrément immondes.


Casting :

Les Vengeurs de la Côte Ouest : Œil de Faucon (Hawkeye), Oiseau Moqueur (Mockingbird), Iron Man, Tigra.

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Mrs. Williams.

Le Moissonneur (Grim Reaper), l’Ergot Noir (Black Talon), Nekkra (Nekra), le Gorille Blanc, Ultron.
  #18  
Vieux 02/02/2007, 14h47
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°89
Lug, juin 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : Esclaves (21 pages sur 22)
(Figurehead, in Star Wars #88, octobre 1984)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin : Bob McLeod.
Encrage : Tom Palmer.
Couverture : Bob McLeod & Tom Palmer.

Résumé :

La princesse Leia arrive sur la planète Herdessa, en compagnie de Mon Mothma, Sispéo et Dédeux. Ils sont accueillis sous les huées de la foule, et Leia reçoit en plein visage une motte de terre. Aussitôt, sur les ordres de Lumiya, la cyborg responsable de la sécurité, la police disperse la foule, à la recherche des fauteurs de trouble, sans succès. Brylin, le porte-parole de la guilde au pouvoir sur Herdessa, invite Leia à poursuivre les discussions en privé.

Entre deux séances diplomatiques, Leia se détend dans les jardins du palais. Elle tombe par hasard sur Lumiya, qui vient de trouver l’une des responsables de l’esclandre ayant eu lieu lors de l’arrivée de Leia, une jeun fille nommée Suzu. Leia demande à Lumiya de relâcher la jeune fille, mais la cyborg refuse et repousse brutalement la princesse. Suzu en profite pour s’enfuir, et Leia empêche Lumiya de sortir son arme pour abattre la fugitive. Elle doit fuir à son tour, la cyborg menaçant de s’en prendre à elle.

Leia rejoint Suzu dans une bâtisse proche où se trouvent d’autres opposants au régime en place sur Herdessa. Elle tente de se faire expliquer la situation, afin de pouvoir intervenir, mais Suzu et ses amis ne lui font pas confiance. Ils finiront néanmoins par lui expliquer que, sous couvert démocratique, la guilde est un régime totalitaire, et que les opposants comme eux y sont impitoyablement pourchassés.

Lumiya et ses troupes passent à l’attaque, sur ordre de la guilde. Coupée du reste des résistants, Leia tente sans succès de trouver de l’aide auprès de la population locale, puis décide de retrouver Mon Mothma pour l’avertir de se qui se passe sur Herdessa. Mais cette dernière a déjà été capturée par la guilde, avec l’aide d’anciens gardes impériaux avec lesquels la guilde s’est associée.

Lumiya fait une déclaration publique où elle annonce que, si la princesse Leia refuse de se rendre, les prisonniers seront exécutés. Avec l’aide de Suzu, qui va créer une diversion, Leia réussit à prendre Lumiya et ses gardes par surprise et à libérer ses amis. Après une brève fusillade, les citoyens d’Herdessa finissent par se joindre à la révolte et s’attaquent à la guilde.

Les dirigeants d’Herdessa sous les verrous, la princesse Leia fait ses adieux à Suzu, avant de rejoindre l’Alliance pour la prévenir de ce qui s’est déroulé sur cette planète. Seul Lumiya a réussi à ne pas être capturée. Elle jure de se venger de la princesse Leia.



Commentaire :

Un récit des plus classiques, sans vraiment de surprise mais plaisant à suivre. La prestation du duo McLeod/Palmer est du même niveau.


A noter :

Première apparition de Lumiya.


Casting :

Leia Organa, Sispéo (C3PO), Dédeux (R2D2), Mon Mothma.

Suzu.

Lumyia, Brylin, Gaza.


EPSILON : Enfer en Eden (2ème partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Le Maître du Psi demande à Epsilon de s’expliquer sur son comportement récent et ses mauvais résultats (189/200 lors de son dernier examen). Son fils restant muet, le Maître du Psi finit par s’en prendre à Mentor, qu’il tient pour responsable des écarts de conduite d’Epsilon. Il ordonne que Mentor soit conduit aux ateliers pour être recalibré. Il renvoie ensuite Epsilon dans ses quartiers, puis demande à Préceptor son avis sur le problème. Selon ce dernier, Epsilon a de plus en plus de pensées subversives. Afin de découvrir ce qu’il lui cache, le Maître du Psi décide alors d’envoyer Epsilon au Spectrum, où sa personnalité sera reconditionnée.

Bien que sérieusement endommagé, Mentor demande au servox technique chargé de le conduire aux ateliers de le relâcher, sans succès. Avec son antenne, il parvient à frapper le servox, qui le lâche. Il se jette alors dans un bassin proche, évitant ainsi les tirs des gardes alertés par le servox.

A l’intérieur du Spectrum, Epsilon doit faire face aux ordres mentaux de ses éducateurs : Préceptor, Gorh-Kan son entraîneur au combat, Ker-Ber son garde du corps, Wong-Si l’officier de l’intendance, Télétude son programme d’éducation, et enfin le Maître du Psi, Raoul de Monségur. Face à eux, Epsilon reçoit le renfort inattendu de Mentor, qui parvient à le contacter mentalement, et grâce à lui il parvient à résister au lavage de cerveau.

L’opération est un échec pour le Maître du Psi, mais Préceptor lui apprend qu’Epsilon a pris l’habitude de noter ses pensées sur son mémo-poignet. Malheureusement, ses notes sont rédigées en code binaire, que les ordinateurs du Maître du Psi sont incapables de déchiffrer. Ce dernier donne à Préceptor jusqu’au lendemain pour lui apporter le mémo-poignet.

Le lendemain, Epsilon est réveillé par Préceptor. Il lui annonce qu’une fête a été organisée, à laquelle il doit participer. Epsilon réalise que Préceptor lui a subtilisé son mémo-poignet, et l’oblige à le lui rendre. Il le suit ensuite jusque chez le Maître du Psi, qui lui révèle la raison de la fête prévue : c’est aujourd’hui son quinzième anniversaire.



Commentaire :

Après un premier épisode pas désagréable du tout, on retrouve déjà ici certains des défauts typiques de Jean Mitton : une intrigue qui ne progresse pas, des dialogues interminables et sans une once de naturel (« Eden… Bulle lumineuse, même en pleine nuit… Vois, maman… Sous ses fausses clartés diurnes installées au cœur d’un jardin exotique, la maison de mon père ne secrète que haine et servitude… »). En outre, l’auteur abuse ici d’un jargon pseudo-technologique, rendant certains passages assez pénibles, voire incompréhensibles. Mitton s’en sort nettement mieux au dessin, signant comme souvent une prestation de qualité.


Casting :

Epsilon.

Raoul de Montségur, Mentor, Gorh-Kan, Preceptor, Ker-Ber, Wong-Li.




LA VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Frères (22 pages sur 23)
(Brothers, in Vision and the Scarlet Witch #2, novembre 1985)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Andy Mushynsky.
Couverture : Richard Howell.

Résumé :

Ultron-12 attaque le Quinjet des Vengeurs, avec l’aide de ses robots qui vont s’attaquer à l’appareil pendant que lui s’occupe de ses occupants. A l’extérieur, Iron Man et Tigra se chargent de détruire les robots l’un après l’autre, tandis qu’à l’intérieur Vision parvient à arracher un bras à Ultron. Celui-ci doit battre en retraite. Iron Man l’intercepte, mais ils percutent le Quinjet qui perd une aile. Iron Man doit abandonner le combat pour aider Œil de Faucon à garder le contrôle de l’appareil. L’atterrissage est dur, et tous sombrent dans l’inconscience. Ultron-12 prévient alors ses alliés de venir récupérer les Vengeurs sur le lieu du crash.

Les Vengeurs se réveillent dans le repère du Moissonneur, emprisonnés dans des cages d’énergie. Le Moissonneur leur révèle son plan : avec l’aide de l’Ergot Noir, il a trouvé un corps physiquement très proche de celui de Simon Williams. Il va à présent transférer l’esprit de Wonder Man et de Vision dans l’ordinateur d’Ultron, qui analysera tout ce qu’ils ont en commun, afin de ne plus faire qu’un seul esprit qu’il transfèrera dans le corps du zombie.

Vision tente de faire changer le Moissonneur d’avis en lui révélant qu’il a rencontré sa mère, Martha Williams, et que celle-ci l’a accepté comme un membre de la famille. Mais le Moissonneur refuse d’entendre raison. Il décide de lancer l’opération, en commençant par Wonder Man. A peine libéré, ce dernier se jette sur le Moissonneur. Il reçoit le renfort inattendu d’Oiseau-Moqueur, qui coupe le système retenant les Vengeurs prisonniers. Ceux-ci passent aussitôt à l’attaque.

Dans la confusion qui s’ensuit, le Moissonneur disparaît. Wonder Man et la Vision partent sur ses traces. En chemin, ils ont le temps de discuter et de faire le point sur leur relation. Ils tombent par surprise sur le Moissonneur. Alors que Wonder Man évoque des souvenirs communs, le Moissonneur réalise qu’il est réellement Simon Williams. Il tente de s’échapper mais perd l’équilibre et tombe dans un ravin. Vision part à sa recherche quelques instants plus tard mais ne trouve aucune trace de lui.

Lorsqu’il retrouve la Sorcière Rouge, Vision lui fait une proposition : peut-être est-il temps pour eux d’avoir un enfant.



Commentaire :

Conclusion du cross-over avec Avengers West Coast et de l’affrontement entre les vrais/faux frères Vision/Wonder Man/Moissonneur. Beaucoup de blabla pour pas grand chose au final, si ce n’est que les liens entre Vision et Wonder Man sont quelque peu renforcés.

Comme sur le premier épisode, le duo Howell/Mushynsky ne fait pas d’étincelles, et les scènes d’action en particulier sont complètement ratées. Autant dire que la maxi-série ne démarre pas sous les meilleurs auspices.


Casting :

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Les Vengeurs de la Côte Ouest : Œil de Faucon (Hawkeye), Oiseau Moqueur (Mockingbird), Wonder Man, Iron Man, Tigra.

Hank Pym, la Guêpe (Wasp).

Le Moissonneur (Grim Reaper), Ultron-12, Nekkra, l’Ergot Noir (Black Talon), Goliath, le Gorille Blanc (Man-Ape).


Censure :

Cet épisode a été réduit d’une page. Les panels suivants ont été supprimés :

Page 2, panels 2-3 :



Page 3, panel 5 :



Page 5, panel 3-4 (qui expliquent comment Vision peut arracher aussi facilement le bras d’Ultron) :

  #19  
Vieux 02/02/2007, 14h48
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°90
Lug, juillet 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : Le Choix ! (21 pages)
(The Choice !, in Star Wars #90, décembre 1984)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin : Bob McLeod.
Encrage : Tom Palmer.
Couverture : Bob McLeod & Tom Palmer.

Résumé :

Après une nouvelle mission, la princesse Leia regagne Endor. Elle précède de peu Luke Skywalker, qu’elle part aussitôt accueillir. Elle est surprise de découvrir que Luke est accompagné de plusieurs passagers : Rik Duel, Chihdo, Dani, et Kiro, dans un container lui permettant de survivre. Lorsqu’ils se trouvent enfin seuls, Leia s’ouvre à Luke de ses doutes quant à leur nouvelle mission : elle est une femme d’action, et se demande si le rôle de diplomate qu’elle s’est vue confiée est vraiment pour elle. Luke lui rappelle l’importance de ce rôle pour l’avenir de la galaxie.

Luke et Leia rendent ensuite visite à Kiro, qui se remet très rapidement de ses blessures. Il demande à Luke de faire de lui un chevalier Jedi, ce que Luke refuse. Kiro prend très mal ce refus.

Pendant que l’amiral Ackbar et Mon Mothma président une réunion à laquelle assistent les représentants de nombreuses planètes, Luke et Leia sont témoins d’une altercation entre la bande à Rik Duel et trois hommes avec lesquels ils jouaient au poker. La situation dégénère vite et l’un de ces derniers tire sur Chihdo. Luke intervient et, après une brève démonstration du maniement de son épée-laser, calme rapidement tout le monde.

Pendant ce temps, étant donné leur absence à la réunion du conseil qui vient d’avoir lieu, l’amiral Ackbar et Mon Mothma décident que Luke, Leia, Chiktabba, Yan et Lando ne peuvent plus faire partie du gouvernement.



Commentaire :

Un épisode pour pas grand chose, si ce n’est le tête-à-tête entre Luke et Leia. Le reste ne présente à peu près aucun intérêt, et la décision finale d’Ackbar et Mothma semble tomber de nulle part.


Casting :

Luke Skywalker, Leia Organa, Sispéo (C3PO), Dédeux (R2D2).

Rik Duel, Chihdo, Dani, Kiro, Plif, Mon Mothma, amiral Ackbar.


EPSILON : Enfer en Eden (3ème partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

La fête d’anniversaire d’Epsilon est célébrée, dans une ambiance on ne peut moins conviviale. Epsilon ne songe qu’à fuir pour partir à la recherche de sa mère. A cette pensée, une larme se met à couler sur sa joue, ce qui provoque la stupeur parmi l’assistance. Le Maître du Psi congédie aussitôt tout le monde. Lorsqu’ils se trouvent seuls, le Maître du Psi demande à Epsilon de se confier à lui. Celui-ci lui dit que son seul souhait est de quitter Eden, ce que son père ne peut évidemment accepter. Le Maître du Psi fait alors une jeune fille, Dzeta, qu’il présente à son fils en l’invitant à passer la journée avec elle.

Très vite Epsilon réalise que Dzeta n’est qu’un pion de plus de son père, répétant mécaniquement un discours appris par cœur. Il la sème très vite dans les jardins d’Eden. Plus tard, après que sa programmation a été améliorée par Préceptor, Dzeta retrouve Epsilon dans sa chambre. Celui-ci va alors commencer à se confier à elle. Petit à petit, il va cesser de se méfier d’elle et, lorsqu’elle va se mettre à pleurer, va décider de lui confier son secret. Mais avant cela, il va réussir à brouiller la fréquence permettant au Maître du Psi de le surveiller. Dzeta va alors lui indiquer l’existence d’une porte permettant de quitter Eden, et les deux adolescents vont s’y rendre aussitôt.

Ayant perdu la trace d’Epsilon, le Maître du Psi contacte Ker-Ber, et lui ordonne de lancer ses deux chiens-pumas, Koloss et Moloss, sur la trace des deux jeunes gens. Les deux cerbères retrouvent Epsilon et Dzeta au moment où ils atteignent le mur d’enceinte d’Eden.



Commentaire :

Entrée en scène d’un nouveau personnage, Dzeta. Epsilon se montre d’une grande naïveté tout au long de l’épisode, mais étant donné l’histoire du personnage, isolé de ses semblables depuis sa naissance, sa réaction est compréhensible. Une fois encore, les planches les plus réussies sont celles dans lesquelles Mitton met en image l’Eden où évoluent ses personnages.

Casting :

Epsilon.

Raoul de Montségur, Dzeta, Gorh-Kan, Preceptor, Ker-Ber, Wong-Li.




LA VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Les Héritiers (21 pages sur 22)
(Ancestors, in Vision and the Scarlet Witch #3, décembre 1985)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : Richard Howell.

Résumé :

Il y a deux mois, les Sept de Salem ont capturé Agatha Harkness et l’ont condamnée au bûcher. Avant de mourir, la sorcière jure de se venger, même après sa mort.

Vision et la Sorcière Rouge font une ballade en forêt jusqu’au village de Gunnison. Ils discutent de leur envie d’avoir un enfant ensemble, et de la possibilité pour Wanda de rendre cela possible grâce à ses pouvoirs. En chemin, ils tombent sur un village ne figurant pas sur la carte. Avant d’avoir pu envisager quoi que ce soit, ils sont attaqués par les Sept de Salem. Vacuum absorbe leur énergie, et le couple sombre dans l’inconscience.

La Sorcière Rouge se réveille dans une cellule protégée contre ses charmes par des talismans. Vertigo lui annonce que Vision, toujours inconscient, sera sacrifié à l’aube. Il n’est pas le seul : Gazelle, l’une des Sept de Salem, doit subir le même sort. Elle s’est opposée à ses compagnons et doit en payer le prix, ce qu’elle semble accepter.

Gazelle apprend à la Sorcière Rouge la mort d’Agatha Harkness, et l’invite à rejoindre les rangs des Sept de Salem, ce qu’elle refuse violemment. Une fois ses geôliers sortis, elle parle avec Gazelle, mais celle-ci refuse de l’aider à trouver un moyen de s’évader. Wanda se tourne alors vers Vision, toujours inconscient, et lui déclare son amour ainsi que sa volonté d’avoir un enfant avec lui. Vision finit par reprendre conscience, et lui annonce qu’il a un plan pour échapper aux Sept de Salem.

Au lever du jour, la Sorcière Rouge, Vision et Gazelle sont conduits à l’endroit de leur exécution. Alors que Vertigo récite son incantation à Lucifer, Vision se libère de ses liens et passe à l’attaque. Le soleil levant lui a permis de recharger à plein ses batteries et de résister aux attaques des Sept de Salem, y compris à celle de Vertigo qui puise son énergie dans l’ensemble de la population de New Salem. Lorsqu’elle perd conscience, toute l’énergie s’échappe d’elle et se répand partout aux alentours. Mais la Sorcière Rouge va canaliser en elle toute cette énergie. Alors qu’elle est le point de succomber à cet afflux soudain d’énergie, elle entend Agatha Harkness l’appeler et lui donner la force de résister. La Sorcière Rouge relâche alors toute cette énergie en une unique rafale qui va pulvériser la colline au pied de laquelle se trouve New Salem. Lorsque la fumée retombe, tous les sorciers de New Salem ont disparu.



Commentaire :

Le crossover avec West Coast Avengers achevé, la maxi-série peut prendre son véritable départ ici. Hormis le retour d’Agatha Harkness (morte, certes, mais ça ne l’empêchera pas de réapparaître très bientôt dans la série), pas vraiment de fait notable, si ce n’est la volonté désormais affichée du couple d’avoir un enfant.

Niveau dessin, l’arrivée à l’encrage de Jim Mooney marque un mieux évident. Certes rien de renversant, le style de Richard Howell est trop sage pour être vraiment enthousiasmant, mais au moins ses planches ne souffrent-elles plus des maladresses bien trop présentes dans les épisodes précédents.


A noter :

La précédente apparition d’Agatha Harkness et des Sept de Salem avait eu lieu dans Fantastic Four #223 (octobre 1980, trad. in Nova n°97, février 1986).


Casting :

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Agatha Harkness.

Les Sept de Salem (Salem’s Seven) : Vertigo, Brutacus, Gazelle, Hydron, Reptilla, Thornn, Vacuum (Vakume).


Censure :

Cet épisode a été réduit d’une page :

Page 7, panels 1 & 2 :



Page 8, panels 1, 3 & 4 :



En outre, à la place du courrier des lecteurs, qui ne débutera que le mois suivant, cet épisode est suivi d’un strip signé Fred Hembeck :

  #20  
Vieux 02/02/2007, 15h01
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°91
Lug, août 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : La Planète des Wookies (19 pages sur 22)
(Wookie World, in Star Wars #91, janvier 1985)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin : Tony Salmons.
Encrage : Tom Palmer.
Couverture : Tony Salmons & Tom Palmer.

Résumé :

Lando Calrissian et Chiktabba rejoignent Yan Solo sur Kazhyyk, la planète natale du Wookie. Chiktabba est venu retrouver sa famille, et pour Lando c’est l’occasion de découvrir pour la première fois cette planète. En chemin, ils tombent sur un individu se faisant appeler le Couteau (il en porte toute une collection à sa ceinture), qui est accompagné par Vargi, le beau-frère de Chiktabba. Ils se rendent ensemble jusqu’à la hutte où vit la famille de Chiktabba, mais celle-ci est vide. Le petit groupe patiente, jusqu’à ce qu’arrive Lumpy, le fils de Chiktabba. Mais il est accompagné de trois autres Wookies, tous armés, qui mettent Yan, Lando et Chiktabba en joue. Le Couteau leur révèle alors qu’il est un trafiquant d’esclaves, venu faire son marché sur Kazhyyk. Il fait ligoter Yan et Lando, tandis que Chiktabba et sa famille sont enchaînés pour être conduits jusqu’au vaisseau du Couteau.

Lando et Yan parviennent rapidement à se libérer et retrouvent Chiktabba avant qu’il n’embarque à bord du vaisseau des négriers. Celui-ci, une fois libéré, va semer la panique dans les rangs des trafiquants, et rallier à lui la population locale. Le Couteau prend la fuite, tandis que Chiktabba est ovationné par la foule.



Commentaire :

L’idée de découvrir la planète natale de Chiktabba était prometteuse, le résultat est calamiteux. L’action souffre d’un manque de rythme flagrant, les situations s’enchaînent mécaniquement. Surtout, la prestation de Tony Salmons est assez honteuse. Ses cases sont désespérément vides, on cherche en vain la moindre trace de décor (un comble pour une planète forestière comme Kazhyyk, c’est à peine si l’on aperçoit un arbre ici ou là). Un désastre.


A noter :

Première apparition du Couteau.


Casting :

Chiktabba (Chewbaca), Yan Solo, Lando Calrissian.

Lumpy, Mala, Vargi.

Le Couteau.


EPSILON : Evasion ! (1ère partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Epsilon tente de résister aux attaques de Moloss et Koloss, les chiens-pumas de Ker-Ber, mais l’un d’eux lui saute dessus et lui arrache le poignet (celui auquel était attaché son mémo-poignet). Epsilon réalise alors qu’il ne saigne pas et que seuls des câbles et des circuits sortent de son avant-bras. Son énergie s’échappe par cette blessure et, après quelques secondes, Epsilon s’effondre. Dzeta a assisté à toute la scène sans réagir.

La Maître du Psi tente d’étudier avec l’aide de Télétude le contenu du mémo-poignet d’Epsilon, mais celui-ci est rédigé en langage binaire que Télétude ne peut déchiffrer sans en connaître la clé. Le Maître du Psi décide donc d’effectuer un cerebro-sondage d’Epsilon. L’operator chargé de le préparer à l’opération lui fournit une surdose de psidium qui va sortir brusquement l’adolescent du coma artificiel dans lequel il se trouvait. Epsilon va aussitôt se débarrasser de ses liens et des operators qui l’entourent. Quant à celui qui lui a fourni cette surdose, il va détruire le système de contrôle de la salle qui permettait jusque là au Maître du Psi d’assister aux évènements en direct. Il lui indique ensuite où se trouve la sortie d’Eden.

Epsilon se rend aussitôt à l’endroit indiqué, où il met hors-combat deux gardes grâce à l’arme que lui a fourni l’operator. Mais il doit aussitôt faire face à un autre problème : la porte menant hors d’Eden est protégée par un code secret qu’Epsilon ignore. Pourtant, avant qu’il n’ait pu faire quoi que ce soit, la porte s’ouvre. De l’autre côté se trouve quelqu’un qu’Epsilon connaît bien…



Commentaire :

Comme souvent avec Mitton, l’action progresse excessivement lentement. On en apprend néanmoins davantage sur la nature du personnage d’Epsilon, en même temps que celui-ci se découvre des alliés inattendus au sein même de l’entourage du Maître du Psi.


Casting :

Epsilon.

Raoul de Montségur, Dzeta, Gorh-Kan, Preceptor, Ker-Ber, Wong-Li.




VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Xénophobie (22 pages)
(Mutant Romance Tales, in Vision and the Scarlet Witch #4, janvier 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : Richard Howell.

Résumé :

Après une consultation, le Dr. Strange annonce à Wanda qu’elle est enceinte. Strange lui donne l’adresse d’une collègue qui pourra la suivre durant toute la durée de la grossesse.

Vision et de la Sorcière Rouge ont décidé de retourner s’installer à Leonia, malgré l’incendie criminel de leur première maison (in Avengers #252, février 1985, trad. in Strange n°216, décembre 1987). Leur venue n’est pas vue d’un bon œil par certains habitants, qui vont tenter de convaincre le propriétaire de ne pas leur céder la maison, sans succès. Ils vont alors envisager d’autres méthodes. Ils ignorent qu’un étrange couple les surveille…

La Sorcière Rouge annonce à Vision qu’elle est enceinte. Celui-ci est pressé de prévenir Wonder Man et sa mère, mais Wanda lui demande de garder le secret pour l’instant.

En début de soirée, Vision décide de patrouiller en ville pour s’assurer que Wanda et lui sont désormais en sécurité à Leonia. De leur côté, quatre individus ont tout préparé pour mettre le feu à la maison du couple, mais alors qu’ils approchent, ils vont être la victime d’évènements étranges : arbres semblant mouvoir tout seuls, jets de cailloux, envol de chouettes, etc. Les quatre hommes prennent peur et s’enfuient.

La Sorcière Rouge décide elle aussi de sortir prendre l’air. Alors qu’elle se trouve à la bibliothèque, elle est contactée par l’esprit d’Agatha Harkness, qui lui demande de se préparer pour la nuit d’Halloween, qui aura lieu dans un mois. Puis, sans plus d’explications, elle disparaît.

En revenant vers chez lui, Vision aperçoit un couple bizarrement accoutré qui semble surveiller sa maison. Il les attaque immédiatement, mais l’homme et la femme ne sont pas pris au dépourvu : lui s’appelle Illusion et contrôle les molécules de tous les objets qu’il touche ; elle s’appelle Grâce et maîtrise la densité de ses propres molécules, ce qui lui permet de frapper Vision quant bien même il est devenu intangible. Après avoir maîtrisé Vision, ils lui garantissent qu’ils ne lui veulent aucun mal : ils sont tous deux magiciens et vivent également à Leonia. Ils voulaient simplement s’assurer que personne ne s’attaquerait à leur maison.

Les quatre hommes mis en fuite par Grâce et Illusion s’attaquent à la Sorcière Rouge. Grâce à ses pouvoirs, elle n’a aucun mal à se défaire d’eux. Elle leur annonce qu’elle attend un enfant et qu’elle est bien décidée à mener une vie paisible à Leonia. En apprenant qu’elle est enceinte, les quatre hommes réalisent qu’elle et Vision ne sont pas si différents d’eux, et décident de rentrer paisiblement chez eux.



Commentaire :

Un épisode sur la peur anti-mutante (et anti-robot par la même occasion) assez quelconque dans son propos comme dans sa réalisation. Steve Englehart introduit ici deux nouveaux personnages, Grâce et Illusion, que l’on retrouvera régulièrement par la suite.

Quelques bons moments cependant (la réaction de Vision en apprenant qu’il va être père), et surtout Leonia, petite ville sans histoire typique, offre un cadre intéressant et singulier aux aventures du couple (dont tire partie Englehart ici, notamment en mettant en scène Vision en civil. Le résultat est parfois très curieux visuellement, mais pas inintéressant pour autant).


Casting :

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Dr. Strange, Grâce (Glamor), Illusion, Agatha Harkness.
  #21  
Vieux 14/02/2007, 21h18
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°92
Lug, septembre 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : Le Rêve (40 pages)
(The Dream, in Star Wars #92, février 1985)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin : Jan Duursema.
Encrage : Tom Mandrake.
Couverture : Cynthia Martin & Bill Sienkiewicz.

Résumé :

Toutes les nuits, Luke Skywalker fait le même cauchemar : il se trouve face à Dark Vador, sans arme. Vador demeure immobile, puis retire son masque. Luke se réveille à cet instant, avant d’avoir pu voir son visage.

L’amiral Ackbar réunit tous les chefs de la Rébellion pour faire le point sur la situation. Les dernières missions diplomatiques ont confirmé que des poches de résistance impériales subsistent encore. Leia remarque que Luke prête à peine attention à la réunion. Elle le retrouve un peu plus tard pour en parler. Celui-ci lui parle de son rêve. Seul Yan Solo est au courant que Vador est leur père, Luke et Leia craignant la réaction de leurs alliés s’ils apprenaient la vérité.

Luke participe à l’entraînement des nouvelles recrues. Certaines souhaiteraient qu’il fasse d’elles des chevaliers Jedi, ce que Luke refuse. Il craint que l’un de ses élèves ne puisse céder au côté obscur de la force.

Le lendemain, un vaisseau non identifié se pose à proximité de la base rebelle. Son pilote, Denin, est venu demander l’aide des Rebelles. Sa planète, Naldar, a été attaquée par des troupes impériales. Il est le dernier survivant parmi les dirigeants de la planète. En rencontrant Luke, il lui demande de faire de lui un chevalier Jedi, ce que Luke refuse une fois de plus.

Informé par Leia, l’amiral Ackbar refuse d’envoyer une force militaire sur Naldar, trop lointaine. Néanmoins, il autorise un petit groupe à retourner sur Naldar avec Denin : Luke, Leia, Yan, Chiktabba, Lando et Barney. La situation sur Naldar rappelle à ce dernier ce qui s’est passé sur sa propre planète, Belderone, très proche de Naldar, et où de nombreux Beldaroniens ont trouvé refuge. Barney se souvient également de Flint, son ami d’enfance, qui a rejoint les forces de l’Empire après la chute de Belderone.

Cette nuit-là, dans son rêve, Luke retrouve Yoda et Obi-Wan Kenobi, qui lui annoncent qu’il a l’opportunité de réparer une terrible erreur. Dark Vador les rejoint, ainsi qu’un autre personnage, un chevalier Jedi qui a suivi le même chemin que Vador. Luke comprend que sa mission est de le faire revenir du bon côté de la Force.

Lorsque le Faucon Millénaire atteint Naldar, les Rebelles découvrent sa capitale en ruines. Puis le vaisseau est attaqué par un groupe de chasseurs Tie, avant d’être touché par le tir d’un canon à énergie. Yan Solo est obligé de faire atterrir le Faucon Millénaire en catastrophe. Les Rebelles partent ensuite explorer la capitale à la recherche de survivants et de pièces pour réparer le Faucon Millénaire. A l’intérieur de l’hôtel de ville, Leia, Sispéo et Dédeux tombent sur un enregistrement qui leur apprend que le prince Denin a été tué deux ans plus tôt. Ils regagnent aussitôt le Faucon Millénaire pour en informer Yan.

Au même moment, Luke, Lando et Denin tombent dans une embuscade. Ils doivent rapidement capituler face au nombre de leurs adversaires. Le chef des Impériaux fait alors son apparition. Luke reconnaît aussitôt l’armure du chevalier Jedi qu’il a vu en rêve la veille. Le chevalier retire alors son casque : il s’agit de Flint, l’ancien ami de Barney. Tandis que Luke et Flint s’apprêtent à s’affronter en duel, Lando et Denin s’enfuient et regagnent le Faucon Millénaire. A leur arrivée, la princesse Leia acccuse Denin de leur avoir menti. Celui-ci reconnaît ne pas petre Denin mais sa sœur jumelle, Vila. Elle s’est fait passer pour lui depuis sa mort.

Luke tente de convaincre Lord Flint de ne pas céder au côté obscur de la Force. Il lui révèle que Dark Vador est son père, ce que Flint refuse de croire. Flint a été initié par Vador, après que Luke a refusé de faire de lui un chevalier Jedi. Le combat s’engage entre les deux hommes, sans que l’un ne parvienne à prendre le dessus sur l’autre. Finalement, un garde impérial tire sur Luke et le blesse. Les Rebelles arrivent au même moment, mais il est trop tard. Flint annonce qu’un gigantesque canon à énergie a été réglé pour détruire la planète dès que lui et ses hommes seront partis. Barney reconnaît Flint et va le voir. Il lui demande d’avoir le courage de le tuer en le regardant droit dans les yeux. Flint est incapable de tuer son vieil ami. Réalisant que son chef est en train de trahir l’Empire, un garde décide d’abattre Flint. Mais Vila se jette devant lui et est mortellement blessée par le tir. Flint annule l’ordre de destruction de la planète et détruit le canon à énergie. Vila meurt dans les bras de Luke. Dans l’au-delà, elle est accueillie par son frère et par Yoda…



Commentaire :

Un épisode double, longuet et pas particulièrement palpitant. L’idée de confronter Luke à un autre chevalier Jedi qui a suivi la même voie que son père est intéressante mais horriblement mal traitée. Le personnage de Flint sort de nulle part (à quel moment est-il censé avoir rencontré Luke avant de devenir l’élève de Dark Vador ?) et sa rédemption dans les dernières pages frise le ridicule. Denin/Vila n’est pas plus intéressant (la révélation sur sa véritable identité n’apporte strictement rien à l’histoire). Enfin la prestation de Jan Duursema est très médiocre. Comme Tony Salmons le mois précédent, ses planches semblent bâclées, les décors sont rares, sa mise en page quelconque. C’est la première fois que la dessinatrice illustre l’univers Star Wars (et son premier travail pour Marvel, à l’époque elle était dessinait Arion chez DC), elle y reviendra des années plus tard, chez Dark Horse.


Casting :

Luke Skywalker, Leia Organa, Yan Solo, Lando Calrissian, Chiktabba (Chewbacca), Sispéo (C3PO), Dédeux (R2D2), Barney.

Vila/Denin, amiral Ackbar.

Lord Flint.


EPSILON : Evasion ! (2ème partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Lorsque la porte s’ouvre, Epsilon se trouve face à Wong-Si, le responsable de l’intendance d’Eden, qui lui demande de se rendre. Epsilon tente de le convaincre de fuir avec lui, sans succès. Depuis la salle de contrôle, le Maître du Psi ordonne à Wong-Si d’utiliser la force pour ramener Epsilon, mais Wong-Si hésite. Epsilon en profite pour tenter de lui échapper, mais la porte du sas se referme avant qu’il n’ait pu la franchir. Alors que Wong-Si s’apprête à lui tirer dessus, Epsilon lance sur lui son élec-trique et l’assomme. Puis il récupère son pistolet et détruit la porte. Des gardes l’attendent de l’autre côté, mais il parvient à leur échapper.

Ker-Ber lance Koloss et Moloss sur les traces d’Epsilon. Lorsqu’ils le retrouvent, Epsilon réussit à se débarrasser d’eux grâce à son élec-trique. Il affronte ensuite Ker-Ber lui-même, puis deux gardes armés qu’il réussit à abattre. Finalement, il atteint un ascenceur devant le mener à la sortie d’Eden, mais il n’a pas le code lui permettant d’y accéder. Mais, depuis la salle de contrôle, le Maître du Psi décide de débloquer l’ascenseur.

Epsilon aboutit dans une pièce où se trouvent, en rang, des dizaines de gardes. Ils restent immobiles lorsqu’Epsilon passe devant eux. Parmi eux se trouvent Wong-Si, Ker-Ber et Préceptor, tous parfaitement immobiles. Et à côté d’eux, Epsilon découvre, médusé… lui-même ! En retirant la perruque de son double, il découvre que son crâne est composé de circuits imprimés. Epsilon s’effondre en se posant cette question cruciale : qui est-il vraiment ?



Commentaire :

Déjà cent pages, et on n’est finalement guère plus avancé qu’au début. Ca commence à être long. Mitton gagne du temps ici en mettant en scène plusieurs scènes d’action plutôt bien faites, mais le sentiment de tourner en rond se fait de plus en plus fort au fil des pages. Et pour couronner le tout, il y a ces dialogues invraisemblables dont Mitton a le secret (« Eden n’est qu’une prison sans âme et sans amour, dans laquelle je me débats comme un oiseau fou de liberté… Mais un oiseau sans ailes ! »). Pitié...


Casting :

Epsilon.

Raoul de Montségur, Gorh-Kan, Preceptor, Ker-Ber, Wong-Li.
  #22  
Vieux 11/03/2007, 11h35
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°93
Lug, octobre 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : La Nuit, tous les Chats sont gris (22 pages)
(Catspaw, in Star Wars #93, mars 1985)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin : Sal Buscema.
Encrage : Tom Palmer.
Couverture : Cynthia Martin.

Résumé :

Luke, Leia et Yan ont été envoyés en mission diplomatique sur Saijo. Tandis qu’ils se promènent en ville, ils aperçoivent dans le ciel une Aile-X pourchassée par trois Ailes-Y. Ils se précipitent au Faucon Millénaire et se lancent à leur poursuite. L’Aile-X s’écrase, et les Ailes-Y refusent de répondre aux appels radio. Le Faucon Millénaire les abat.

La pilote de l’Aile-X a survécu au crash. Elle se nomme Minka et est originaire de Cantros. Elle demande l’aide des Rebelles pour lutter contre l’Empire. Elle est stupéfaite d’apprendre que l’Empereur est mort. Le Faucon Millénaire part aussitôt pour Cantros, où Luke, Leia et Yan rencontrent Durne et Sami, les leaders locaux. Ensemble, ils décident de découvrir contre qui ils se battent, puisque ce ne peut pas être l’Empire.

Lorsque le Faucon Millénaire approche de la prétendue base impériale, il essuie un tir nourri et, touché, doit se poser en urgence dans un canyon aux falaises très escarpées. Luke utilise la Force pour permettre à Leia et Minka d’atteindre le sommet, mais Yan, Sami et lui sont faits prisonniers par des autochtones. Ils sont conduits dans une grotte pour y être interrogés. En écoutant leurs geôliers discuter, ils réalisent qu’ils croient tout comme eux lutter contre l’Empire ! C’est alors que Durne fait son apparition et ordonne que les prisonniers soient exécutés. Lorsque Yan et Sami affirment être eux aussi des Rebelles, le doute s’installe, et Durne décide de les tuer lui-même. Mais Leia intervient et le désarme. Une fusillade s’ensuit, dans une cohue indescriptible. Niru, l’une de ceux qui ont capturé les Rebelles, tente de calmer la situation. Durne décide alors de l’abattre, mais Luke s’interpose et dévie le tir avec son épée-laser. Tous réalisent alors que Luke est un chevalier Jedi, et que Durne est un traître.



Commentaire :

Encore une stand-alone sans grand intérêt. Cette histoire de Rebelles s’entretuant en croyant combattre l’Empire n’est pas foncièrement mauvaise, mais à force d’enchaîner ce type de récits n’ayant en commun qu’une ligne directrice pas vraiment forte (la nécessité pour l’Alliance d’unir autour d’elle toutes les forces ayant lutté contre l’Empire), on finit par se lasser.

La surprise vient du dessinateur de cet épisode, Sal Buscema, qu’on n’attendait pas vraiment là. Certes, son style a tendance à s’effacer sous l’encrage de Tom Palmer, mais ici ou là, notamment lorsqu’il dessine les habitants de Cantros (des sortes d’hommes-chats), on reconnaît sa patte.


Casting :

Luke Skywalker, Leia Organa, Yan Solo.

Minka, Sami, Niru.

Durne.


EPSILON : Evasion ! (3ème partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Au milieu d’une armée d’automates inanimés, dont l’un est son double, Epsilon s’effondre en larmes. Son père, le Maître du Psi, choisit ce moment pour faire son apparition. Il lui révèle qu’à sa naissance, il l’a placé en hibernation durant un siècle, afin de lui créer un corps artificiel débarrassé de toutes les restrictions et faiblesses humaines. Le Maître du Psi lui rend ensuite son mémo-poignet. En échange, Epsilon lui révèle qu’il est à la recherche de sa mère. Le Maître du Psi le conduit alors dans un laboratoire où sont conçus les clones robotisés qui le servent. Parmi ceux-ci, Epsilon reconnaît Dzeta, que le Maître du Psi a décidé de reprogrammer suite à l’échec de sa mission auprès d’Epsilon.

Le Maître du Psi emmène ensuite Epsilon à l’endroit où, depuis un siècle, il conserve le corps de la mère d’Epsilon, en attendant de trouver le moyen de la ressusciter. La mère d’Epsilon est celle qui, au XXème siècle, se faisait appeler Saltarella…

Epsilon refuse de croire que sa mère est morte. Il est plus que jamais décidé à fuir Eden pour découvrir la vérité. Fatigué de voir son fils continuer de se rebeller, le Maître du Psi utilise ses pouvoirs pour l’arrêter. Epsilon parvient à créer un bouclier psychique, mais la puissance des rafales laser de son père est telle qu’il ne résiste pas longtemps. Au même moment, Dzeta s’est réveillée. Attirée par la voix d’Epsilon, elle se rend sur place, s’empare d’un pistolet qui traîne par terre, et tire sur le Maître du Psi qui s’effondre. Puis elle s’enfuit en compagnie d’Epsilon.

Lorsqu’il reprend connaissance, le Maître du Psi ordonne la destruction d’Epsilon et de Dzeta. Gorh-Kan se lance à leur poursuite et les retrouve dans un tunnel. L’armure du guerrier le protège du psi-gun qu’a récupéré Epsilon. Le combat se poursuit au corps à corps, et Gorh-Kan semble devoir rapidement prendre le dessus. C’est alors que Mentor, très endommagé, fait sa réapparition. Le petit robot se jette sur Gorh-Kan et le met K.O. Mentor est détruit dans le choc, mais Epsilon parvient à retirer de la carcasse son neuro-sensor central.

Epsilon et Dzeta reprennent leur course à la recherche d’une sortie menant hors d’Eden. Soudain, près d’une porte, quelqu’un les interpelle et compose le code qui ouvre le sas. Epsilon reconnaît l’operator qui lui a permis de s’échapper précédemment. Celui-ci retire son casque, et Epsilon reconnaît Préceptor. Ce dernier lui dit qu’il est la dernière chance de l’humanité pour lutter contre le Maître du Psi, et lui souhaite bonne chance avant qu’Epsilon et Dzeta ne franchissent la porte.


Commentaire :

Quelques révélations d’importance dans cet épisode, l’identité de la mère d’Epsilon n’étant évidemment pas la moindre. La suite est constituée, une fois de plus, d’une course-poursuite au sein d’Eden, ce qui a fini d’être lassant depuis quelques épisodes déjà. Plus gênant, en matière de dialogues ampoulés et emphatiques, Jean Mitton a rarement fait aussi pire qu’ici. Le long dialogue entre Epsilon et son père est d’un grotesque achevé.


Casting :

Epsilon.

Saltarella, Dzeta, Mentor.

Raoul de Montségur, Gorh-Kan, Preceptor.




VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Halloween ! (21 pages sur 22)
(The Others call it… All Hallow’s Eve !, in Vision and the Scarlet Witch #5, février 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Jack Abel & Mike Esposito.
Couverture : Richard Howell & Joe Sinnott.

Résumé :

La nuit d’Halloween, Vision se rend au spectacle de Grâce et Illusion (ils ont mis au point un spectacle de prestidigitation en se servant de leurs pouvoirs). La Sorcière Rouge est restée à la maison, et a décidé d’annoncer à son frère Vif-Argent qu’elle est enceinte. Elle craint sa réaction (il avait très mal accepté au début sa relation avec Vision), mais il semble être aux anges à cette annonce.

La Sorcière Rouge se prépare ensuite à invoquer l’esprit d’Agatha Harkness, comme elle le lui a demandé un mois plus tôt lorsqu’elle lui est apparue. Lorsqu’elle lance l’incantation, le spectre d’Agatha Harkness apparaît, mais elle s’efface bientôt et une autre créature fait son entrée à sa place : l’Epine, l’un des Sept de Salem. Avant qu’elle ait pu réagir, l’Epine l’attrape et l’attire dans la dimension d’où il provient, où se trouvent les autres membres des Sept de Salem, ou ce qu’il en reste : ils ont gardé les stigmates de leur dernière rencontre et ont davantage l’air de cadavres que d’êtres vivants. Alors qu’ils se jettent sur elle, la Sorcière Rouge lance un sortilège et prend la fuite.

Le spectacle de Grâce et Illusion est interrompu par l’apparition de l’esprit d’Agatha Harkness, qui prévient Vision que sa femme vient d’être enlevée. Pour la sauver, Agatha lui dit de détruire le Livre des Druides. Mais ce livre a déjà été détruit, brûlé par la Sorcière Rouge lors de son combat contre Samhain (in Vision & the Scarlet Witch v.1 #1, novembre 1982, trad. in Vision et la Sorcière Rouge, Récit Complet Marvel n°4, novembre 1984). Illusion lui demande alors de rechercher les cendres du livre.

Toujours en fuite, la Sorcière Rouge voit surgir devant elle une armée de cadavres, parmi lesquels elle reconnaît Jean Grey, Korvac, Dracula ou le Baron Zemo. Puis c’est sa mère, Magda, qui apparaît, suivie de Whizzer et Miss America, et enfin Agatha Harkness, toujours attachée au bûcher auquel l’avaient condamnée les Sept de Salem. Finalement, le responsable de tout cela arrive enfin : Samhain. Celui-ci veut utiliser l’énergie vitale de l’enfant à naître de la Sorcière Rouge pour créer un passage lui permettant de retourner sur Terre.

Vision rend visite à Holly, l’une des trois enfants dont Samhain avait pris possession lors de son attaque contre lui et la Sorcière Rouge. Il lui demande de lui donner le drap qu’elle avait utilisé à l’époque pour se déguiser en fantôme. Par chance, elle l’a encore et le lui donne. Illusion va alors utiliser son pouvoir sur les molécules pour isoler les cendres du Livre des Druides restant sur le drap, puis pour attirer à lui toutes celles qui se sont éparpillées aux quatre vents depuis. Une fois le livre reconstitué, Vision utilise ses pouvoirs pour le détruire à nouveau. Cette fois, sa rafale est d’une telle intensité qu’il ne reste rien du livre, pas même des cendres.

Au même moment, Samhain, sur le point de lancer son incantation, ressent la destruction du Livre des Druides. Son seul espoir est alors d’abandonner son corps pour se réfugier dans celui du fœtus. Mais au dernier moment, Agatha Harkness s’interpose et redirige Samhain vers les Sept de Salem. L’enfant est ainsi sauvé, tandis que la force de Samhain se trouve dispersée à tout jamais entre les Sept de Salem. Après un ultime adieu, Agatha Harkness renvoie la Sorcière Rouge dans son monde, où elle est accueillie par Vision.



Commentaire :

Une suite au premier épisode de la mini-série Vision & the Scarlet Witch, parue trois ans plus tôt. La comparaison n’est pas vraiment flatteuse pour la maxi-série en cours, en particulier pour Richard Howell, dont les planches font pâle figure comparées à celles de Rick Leonardi.

On remarquera au passage la réaction étonnamment enthousiaste de Vif-Argent lorsqu’il apprend que sa sœur est enceinte. Un peu surprenant de la part du personnage, mais Steve Englehart a préféré jouer la carte de la réconciliation familiale, ce qui n’est pas forcément une mauvaise idée.


A noter :

Vision et la Sorcière Rouge avaient affronté Samhain dans Vision & the Scarlet Witch v.1 #1, (novembre 1982, trad. in Vision et la Sorcière Rouge, Récit Complet Marvel n°4, novembre 1984). Leur combat contre les Sept de Salem s’est déroulé dans Vision & the Scarlet Witch v.2 #3 (décembre 1985, trad. in Titans n°90, juillet 1986). Il n’était pas explicitement dit à la fin de cet épisode que les Sept de Salem avaient péri. C’est à présent chose faite.


Casting :

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Vif-Argent (Quicksilver), Agatha Harkness, Grâce (Glamor), Illusion, Holly.

Les Sept de Salem (Salem’s Seven) : Vertigo, Brutacus, Gazelle, Hydron, Reptilla, L’Epine (Thornn), Vacuum (Vakume).

Samhain.


Censure :

Cet épisode a été réduit d’une page. Plusieurs panels ont été supprimés :

Page 9, panel 3 :



Page 10, panels 2 à 5 :



  #23  
Vieux 19/04/2007, 16h27
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°94
Lug, novembre 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : Zeltrons (22 pages)
(No Zeltrons, in Star Wars #95, mai 1985)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin : Cynthia Martin.
Encrage : Steve Leialoha.
Couverture : Kent Williams.

Résumé :

Faire partie de l’Alliance n’est pas toujours une partie de plaisir. Leia Organa le découvre lorsque l’amiral Ackbar lui présente le groupe qui doit l’accompagner lors de sa prochaine mission : quatre Zeltrons, grands gaillards charmeurs et rieurs et on ne peut plus collants ! La princesse Leia ne supporte pas les Zeltrons… Yan Solo accueille beaucoup mieux leurs compliments, jusqu’au moment où il réalise qu’ils l’ont pris pour Lando Calrissian !

Leur mission les conduit sur Kabray, où ils doivent assister à une réception où seront présents certains dirigeants qui semblent vouloir profiter de l’effondrement de l’Empire pour s’attaquer à leurs voisins plus faibles. Avant la réception, les Zeltrons prennent l’initiative de modifier quelque peu la robe de soirée que doit porter la princesse Leia. Celle-ci découvre, trop tard pour en changer, la tenue ultra-sexy qu’ils lui ont confectionné !

La réception s’avère être un piège : Leia et Yan sont capturés par le Couteau et un groupe de ses compatriotes. Ils sont enfermés dans une cellule en compagnie des Zeltrons. Lorsqu’on vient les chercher pour les interroger, l’un des Zeltrons tombe sur le garde et l’assomme. Le petit groupe parvient à s’évader et à capturer tous les Couteaux.

Pendant ce temps, une autre mission attend Luke Skywalker : en compagnie de Dani et Kiro, il part pour la planète Kinooine, où l’équipe de reconnaissance qui a été envoyée sur place ne donne plus signe de vie. Le vaisseau posé, Dani et Kiro partent à la recherche de l’équipe, et sont attaqués par un mystérieux assaillant. Kiro, blessé, parvient à rejoindre Luke pour l’avertir du danger. Celui-ci part à la recherche de Dani et tombe sur celle qui l’a attaquée : Lumiya. Un combat s’engage entre eux, combat dont Lumiya sort vainqueur.



Commentaire :

L’épisode précédent étant inédit, c’est avec ce récit que les lecteurs français découvrent Cynthia Martin. Son style est radicalement différent de celui de ses prédécesseurs – le fait que Tom Palmer ait abandonné le poste d’encreur n’y est pas non plus tout à fait étranger – et surprend dans le cadre de cette série. Un style original, pas encore tout à fait maîtrisé (certains visages sont totalement ratés) mais joliment stylisé.

Niveau scénario, cet épisode est ce que l’on a pu lire de mieux sur cette série depuis des mois. Mary Jo Duffy mène ses deux intrigues en parallèle, dans des styles radicalement différents. Les aventures de Leia, Yan et les Zeltrons sont très drôles, offrant quelques moments mémorables, tandis que Luke et ses compagnons évoluent dans un contexte beaucoup plus tendu, cette partie du récit s’achevant sur un duel fort joliment mis en scène.


A noter :

Le Couteau était précédemment apparu dans Star Wars #91 (janvier 1985, trad. in Titans n°91, août 1986). On découvre ici qu’il ne s’agit pas du nom d’un seul individu mais d’une race extraterrestre.

Lumyia était précédemment apparue dans Star Wars #88 (octobre 1984, trad. in Titans n°89, juin 1986).


Casting :

Leia Organa, Yan Solo, Luke Skywalker, Dani, Kiro, amiral Ackbar, Sispéo, Dédeux, les Zeltrons.

Lumyia, les Couteaux.


EPSILON : Hors d’Eden point de salut (1ère partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Pour la première fois de sa vie, Epsilon, accompagné de Dzeta, découvre le monde extérieur à Eden. Il se rend rapidement compte que le pouvoir de son père s’étend jusqu’ici, à Paris, lorsque résonne la voix du Grand Dénominateur, appelant à la prière quotidienne. Aussitôt toutes les activités s’interrompent.

Alors qu’ils découvrent ce nouveau monde du haut d’une passerelle, ils sont interpellés par deux policiers leur demandant leurs papiers. Les policiers parlent un mélange de différentes langues européennes que ni Epsilon ni Dzeta ne comprennent. Lorsque les agents leur ordonnent de les suivre, Epsilon tente de fuir, mais les policiers capturent Dzeta, et le jeune homme se rend.

Epsilon et Dzeta sont conduits au commissariat où ils sont mis en cellule. Là, ils entament la conversation avec un jeune garçon, Foxy la Carapate, qui s’exprime dans un argot difficilement compréhensible. Foxy lui propose de s’évader du commissariat. Ils sont tous les trois conduits devant un inspecteur. Lorsque celui-ci leur demande leur identité, Dzeta lui dit qu’Epsilon est le fils du Maître du Psi, ce que ni le policier ni Foxy ne veulent croire. Le ton monte bientôt, et lorsqu’un policier saisit Epsilon pour le reconduire à sa cellule, une bagarre éclate. Foxy découvre que son nouvel ami possède des capacités étonnantes lorsque celui tire une rafale optique d’énergie sur l’inspecteur pour l’empêcher d’appeler des renforts.

Pour sortir du commissariat, Epsilon et Foxy revêtent les uniformes des policiers qu’ils ont assommé et Dzeta se fait passer pour leur prisonnière. Mais l’alerte est bientôt sonnée et les trois jeunes gens doivent fuir les lieux précipitamment. Sous un tir nourri des forces de l’ordre, ils sautent à bord d’un véhicule de police, mais Dzeta est touchée par un rayon, et Foxy et Epsilon doivent partir sans elle.



Commentaire :

Au bout de six mois, Epsilon finit enfin par quitter Eden ! Il était temps. La bonne nouvelle, c’est que Jean Mitton en profite pour signer quelques planches superbes dans lesquelles on découvre l’architecture de ce Paris futuriste. La mauvaise, c’est qu’il fait parler les Parisiens du futur dans un jargon sinon incompréhensible, du moins particulièrement pénible à lire, mélange de diverses langues européennes (ce qui nous donne des dialogues du genre « Das ist inadmissible ! La leege europan verbot questo sacrilège ! Eine honte ! »). Ce n’est guère mieux avec Foxy, issu des bas-fonds de la ville, qui lui s’exprime dans un argot assez ridicule, dont on se demande comment il a pu survivre jusqu’en 2086 tant aujourd’hui déjà il apparaît totalement désuet.


Casting :

Epsilon, Dzeta, Foxy la Carapate.




VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Retrouvailles ! (20 pages)
(No Strings attached, in Vision & the Scarlet Witch #6, mars 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Frank Springer.
Couverture : Richard Howell & Joe Sinnott.

Résumé :

Pour Thanksgiving, Vision et la Sorcière Rouge ont invité tous leurs proches : Vif-Argent, Crystal et la petite Luna, Dr. Strange, la Guêpe, Captain America, Namor, Grâce et Illusion, Martha Williams, et Norm Webster qui leur a vendu la maison. Mais l’arrivée d’un nouveau convive va jeter un froid dans l’assistance : Magnéto. Vif-Argent prend à part sa sœur et lui reproche de ne pas l’avoir averti de la présence de leur père.

Malgré tout, l’ensemble des convives tente de faire comme si de rien n’était. Captain America et Namor évoquent leurs souvenirs de guerre, et se font la réflexion que le corps de Vision était à l’origine celui de la première Torche Humaine. Mais Vision n’a gardé aucun des souvenirs de ce héros qui l’a précédé.

Le repas achevé, la plupart des convives prennent congé. Magnéto en profite pour avoir une conversation en tête à tête avec la Sorcière Rouge. Il lui demande de se montrer indulgente pour les erreurs qu’il a commises autrefois. La Sorcière Rouge a du mal à garder son sang-froid. Leur discussion est interrompue par l’arrivé de Holly Ladonna, la jeune voisine du couple. Magnéto en profite pour quitter la maison. Mais à peine s’est-il éloigné qu’il fait soudain demi-tour. Il avertit Vision et Vif-Argent qu’un danger les menace. Effectivement, quelques instants plus tard, ils sont attaqués par… la Confrérie des Mauvais Mutants, Magnéto et Vif-Argent en tête !

Magnéto et Vif-Argent sont obligés de constater que leurs doubles ont les mêmes pouvoirs qu’eux. Ils sont accompagnés en outre du Crapaud et du Cerveau. Ce dernier utilise ses illusions pour déconcentrer ses adversaires, mais elles s’avèrent inefficaces contre Vision. Celui-ci focalise son attention sur le Crapaud, qu’il parvient à capturer et, avec l’aide de Magnéto, à rendre inconscient. Aussitôt, les trois autres membres de la Confrérie des Mauvais Mutants s’effondrent. En consultant ses bases de données, Vision a compris que le Crapaud avait utilisé des machines subtilisées à l’Etranger pour donner naissance aux autres doubles. Lorsqu’il se réveille, le Crapaud avoue avoir agi par amour pour la Sorcière Rouge. Il est fou de jalousie qu’elle ait épousé Vision et attende désormais un enfant de lui. Il recouvre très rapidement tous ses moyens et fait apparaître son vaisseau au-dessus de lui. Les doubles se relèvent à leur tour, et s’apprêtent à partir avec lui, mais le faux Vif-Argent frappe sans prévenir le Crapaud et l’assomme. Il s’agit en réalité du véritable Vif-Argent, qui a eu le temps de prendre la place de son double.

Avant de partir, Magnéto demande à Vision de ne rien dire à sa femme de ce qui vient de se passer. Il ne veut pas qu’elle croit qu’il a combattu ainsi pour s’attirer ses faveurs, et promet de tout faire pour se montrer digne de son amour. Vision et Vif-Argent regagnent la maison, où la Sorcière Rouge leur annonce qu’à la demande de Holly, elle va lui enseigner les arts mystiques.



Commentaire :

La famille est sans aucun doute le thème central de cette mini-série. Le premier arc était consacré aux relations Vision/Wonder Man/Moissonneur, et depuis, on y suit le parcours de Vision et la Sorcière Rouge qui tentent de mener une vie normale, entourés de gens sans histoires, dans une petite ville tranquille où ils pourront élever leur(s) enfant(s) à venir… Pour renforcer cette impression, Steve Englehart fait coïncider chaque nouvel épisode avec une fête propice aux réunions familiales : Halloween dans l’épisode précédent, Thanksgiving ce mois-ci, Noël le mois prochain, etc.

Evidemment, le fait que ce couple soit composé d’une sorcière mutante et d’un androïde fait que tout cela ne se passera pas aussi paisiblement qu’ils le souhaiteraient, tout en créant un décalage constant entre la nature des personnages et les situations qu’ils vivent.

Ce thème de la famille est au cœur de cet épisode, qui voit se heurter les différents cercles familiaux auxquels les deux personnages appartiennent ou ont appartenu : Vengeurs, Confrérie des Mauvais Mutants et même Envahisseurs, monde de la sorcellerie et monde profane, famille de naissance et famille d’adoption, Steve Englehart fait le tour de la question, sans même oublier le Crapaud, l’ancien amoureux transi de la Sorcière Rouge venu se venger (de manière assez pitoyable, comme il convient au personnage).

Il résulte de cet épisode quelques très bons moments, de la réunion Captain America/Namor/Vision aux règlements de compte entre la Sorcière Rouge, Vif-Argent et Magnéto.

Le principal défaut de cet épisode, et il est hélas rédhibitoire, c’est l’arrivée à l’encrage de Frank Springer, qui va littéralement saccager les planches de Richard Howell. Le résultat varie entre le vilain et l’immonde ! Cet épisode ne méritait pas ça…


A noter :

La précédente apparition du Crapaud avait eu lieu dans Amazing Spider-Man #266 (juillet 1985, non traduit).

Cette apparition de Magnéto se situe entre Uncanny X-Men #201 & 202 (janvier-février 1986, trad. in Spécial Strange n°54, janvier 1988).


Casting :

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Magnéto, Vif-Argent (Quicksilver), Crystal, Luna, Dr. Strange, la Guêpe (Wasp), Captain America, Namor, Grâce (Glamor), Illusion, Martha Williams, Norm Webster, Holly Ladonna.

Le Crapaud (Toad).
  #24  
Vieux 08/05/2007, 21h34
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°95
Lug, décembre 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : L’Alliance survivra (23 pages)
(Page 1 à ? : Duel with a Dark Lady !, in Star Wars #96, juin 1985)
(Page ? à 23 : Escape, in Star Wars #97, juillet 1985)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin : Cynthia Martin.
Encrage : Bob Wiacek (#96) & Art Nichols (#97).
Couverture : Cynthia Martin & Art Nichols (#97).

Résumé :

Luke Skywalker est vaincu en duel par Lumiya. Cette dernière lui laisse la vie sauve et le conduit au repère de son allié Den, où se trouve déjà Dani. De son côté, Kiro réussit à s’introduire dans la base et trouve la cellule où Luke est enfermé. Mais Dani est introuvable.

Luke se retrouve une seconde fois face à Lumiya. Il utilise cette fois deux épées-laser et réussit à désarmer son adversaire. Laquelle ne lui est pas inconnue : il s’agit en fait de Shira Brie, la pilote rebelle dont il croyait avoir accidentellement causé la mort (in Star Wars #61, juillet 1982, trad. in Titans n°62, mars 1984).

Une flotte spatiale, composée d’anciens impériaux et de soldats nagaï, arrive sur Kinooine. La base de Den doit leur servir de tête de pont pour la reconquête du secteur.

A l’intérieur de la base, pendant que Kiro retrouve Dani, Luke s’occupe de saboter les ordinateurs. Kiro et Dani tombent sur Den. Un combat s’engage entre Den et Kiro, et tous deux finissent par tomber du haut d’une falaise, dans une rivière. Luke rejoint Dani et ils regagnent ensemble leur camp, dans l’attente que Kiro reprenne contact avec eux.



Commentaire :

C’est donc sur ce bricolage de deux épisodes condensés en un seul que s’achève la parution de Star Wars dans Titans, après huit années (la série, après l’album qui était consacré au film, avait fait ses débuts dans Titans n°18 de janvier 1979) et soixante-dix sept épisodes. Les lecteurs français seront donc privés des dix derniers épisodes de la série qui, en vo, s’arrêtera au #107 de juillet 1986.


Casting :

Luke Skywalker, Kiro, Dani.

Lumyia/Shira Brie, Den.


EPSILON : Hors d’Eden, point de salut (2ème partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Dans le véhicule de police qu’ils ont dérobé, Epsilon et Foxy la Carapate commencent à faire plus ample connaissance lorsqu’ils sont pris en chasse par plusieurs appareils. Foxy tente de leur échapper en empruntant les tunnels de l’aérométro, mais leurs poursuivants retrouvent rapidement leur trace, et l’alerte est donnée à plus grande échelle : un gigantesque hologramme du visage d’Epsilon apparaît au-dessus de Paris, offrant une récompense d’un million d’eurécus pour sa capture.

Le véhicule d’Epsilon et Foxy est touché par un tir, et les deux enfants doivent sauter en plein vol. Epsilon réussit à amortir sa chute et celle de son compagnon, puis saute sur le toit d’une rame de métro. Malgré son corps en flamme et les policiers lancés à leur poursuite, Epsilon ne prend pas le temps de souffler et entraîne Foxy dans sa course à travers les couloirs du métro. Un chanteur de rue leur indique un endroit où rejoindre l’Underground, mais sur place ils tombent sur une dizaine de policiers. Une rafale optique d’Epsilon leur permet de s’échapper une nouvelle fois. Ils retrouvent le chanteur, qui s’avère être un agent du Maître du Psi, et l’assomment. Ils finissent enfin par trouver un passage menant aux sous-sols de Paris. Mais le calme à présent revenu, Epsilon sent ses dernières forces le quitter, et tombe de l’échelle qu’il était en train de descendre.



Commentaire :

Vingt pages de course-poursuite échevelée, Jean Mitton réalise ici un joli morceau de bravoure, et signe quelques scènes joliment spectaculaires et particulièrement dynamiques. La série souffre souvent d’un rythme trop lent et de dialogues interminables, ce n’est absolument pas le cas sur cet épisode.


Casting :

Epsilon, Foxy la Carapate.




VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Contrôle d’identité (21 pages sur 22)
(Batteries not included !, in Vision & the Scarlet Witch #7, avril 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Frank Springer.
Couverture : Richard Howell & Frank Springer.

Résumé :

Vision se rend au Manoir des Vengeurs où il interrompt Captain America et Namor en pleine séance d’entraînement. Il souhaiterait qu’ils lui en apprennent davantage sur la première Torche Humaine. Namor évoque sa première rencontre avec lui, où ils combattirent l’un contre l’autre, puis Captain America se remémore leurs combats communs au sein des Envahisseurs. Aucun de ces souvenirs ne rappelle quoi que ce soit à Vision.

En ce jour de l’équinoxe d’hiver, la Sorcière Rouge a invité sa nouvelle élève, Holly Ladonna, pour préparer une petite cérémonie. Elle reçoit la visite de Crystal, qui préfère les laisser mener à bien leur rite et part faire un tour dans le quartier.

Vision se rend au Projet Pégasus où ont été conduits les androïdes copiés sur les membres de la Confrérie des Mauvais Mutants mis au point par le Crapaud. Vision demande à rester seul pour interroger l’androïde du Cerveau, le seul encore en état de répondre à ses questions. Il se demande ce qui le différencie de ce synthozoïde et en quoi il est plus humain que lui. Soudain, le Cerveau double de taille et attaque Vision. Lorsqu’il tente de passer sa main à travers le corps de son adversaire, elle fond instantanément. Le Cerveau tente de fuir, mais Vision le frappe de toute sa force et brise l’androïde en deux. Mais les jambes du Cerveau fonctionnent toujours et disparaissent en passant par une conduite d’aération ! Elles se rendent jusque dans la cellule où se trouve le Crapaud et créent un court-circuit qui le libère. Aussitôt, le Crapaud appelle à lui son vaisseau, et un rayon tracteur le conduit à son bord. Vision se lance à sa poursuite. Il réussit de justesse à s’introduire dans le vaisseau puis s’évanouit.

A son réveil, Vision gagne la cabine de pilotage du vaisseau où se trouve le Crapaud. Celui-ci a enfin l’occasion d’affronter en duel son rival, celui qui lui a volé la femme qu’il aime. Il s’entoure d’un champ d’énergie qui accroît sa force pour combattre Vision, mais cela ne suffit pas pour lui permettre de prendre le dessus. Un de ses rayons projette Vision hors du vaisseau, mais celui-ci tire une rafale solaire sur l’appareil avant que le Crapaud n’ait le temps de fuir. Vision n’a alors plus qu’à regagner la Terre et retrouver Wanda. Holly s’en va, mais en cours de route elle aperçoit Crystal qui embrasse un homme qui n’est pas son mari…



Commentaire :

Steve Englehart laisse de côté la thématique familiale ici pour s’intéresser une nouvelle fois au cas de Vision et s’interroger sur sa part d’humanité. De fait, le personnage n’apparaît certainement pas moins humain que le Crapaud, n’en déplaise à ce dernier.

De bonnes idées encore une fois, à nouveau gâchées par une réalisation en dessous de tout. Le combat contre le Crapaud n’a ni queue ni tête, et la prestation de Howell et (surtout) Springer est à pleurer.


Casting :

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Crystal, Holly Ladonna, Captain America, Namor, Jarvis, Raymond Sykorski.

Le Crapaud (Toad).


Censure :

La page 16 a été supprimée.



A noter qu’en vf, le champ d’énergie qui entoure le Crapaud a été gommé page 16, mais pas page 17 !
  #25  
Vieux 30/05/2007, 11h31
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°96
Lug, janvier 1987.



LES NOUVEAUX MUTANTS : Home Sweet Home (1ère partie) (22 pages)
(Home is where the Heart is, in New Mutants Special Edition #1, 1985)

Scénario : Chris Claremont.
Dessin : Arthur Adams.
Encrage : Terry Austin.
Couverture : Arthur Adams & Terry Austin.

Résumé :

Depuis son trône de Hlidskjalf, Loki observe Tornade dans une boule de cristal et conçoit un plan. Il fait appel à l’Enchanteresse, à qui il demande de se rendre sur Terre et de capturer la mutante.

Tornade se trouve en compagnie des Nouveaux Mutants sur l’île de Kirinos. Elle s’occupe de Karma, qui, difforme, n’ose plus sortir. Pendant ce temps, le reste de l’équipe profite du soleil et de la mer, lorsqu’une créature marine surgit et les attaque. Magma réagit la première, mais le monstre disparaît avant d’être touché par sa rafale. C’est ensuite la falaise qui menace de s’effondrer sur eux, mais là aussi il ne s’agit que d’une illusion. La responsable est Mirage, qui souhaite que l’équipe continue de s’entraîner pour parer à toute éventualité.

Lorsque les Nouveaux Mutants retournent au village où les attendent Tornade et Karma, un groupe de cavaliers-démons surgit de nulle part et les attaque. Cette fois la menace est bien réelle, et les Nouveaux Mutants sont très rapidement vaincus. Tornade tente de réagir, mais Loki apparaît et l’emprisonne dans une gangue de cristal.

Les Nouveaux Mutants se réveillent dans une geôle, face à l’Enchanteresse et ses guerriers. Magie réagit instantanément et téléporte tout le monde au loin. Mais l’Enchanteresse réussit à la retenir, tandis que ses amis sont envoyés en divers endroits : Karma se retrouve au milieu du désert ; Cypher attérit à la cour d’Harald Einarson où, après avoir été vaincu en duel par une servante, il est condamné à devenir esclave ; Félina aboutit dans une forêt où elle est chassée par un groupe de géants, mais un autre loup intervient et lui permet de fuir avec lui ; quant à Warlock, il tombe face à un dragon dont il se débarrasse en lui inoculant son virus techno-organique. Il reçoit ensuite la visite d’Hela, qui lui apprend qu’il se trouve dans son domaine. Warlock s’enfuit sans que Hela ne l’en empêche…



Commentaire :

Ce premier tiers d’un épisode tout à fait spécial marque le retour des Nouveaux Mutants dans les pages de Titans, après plusieurs mois d’absence. Il marque surtout les débuts d’un jeune artiste dont on n’a pas fini de parler : Arthur Adams. Un travail déjà superbe, son style convenant à merveille à l’univers magique où nos héros se trouvent téléportés. Côté scénario, rien que de très classique, Claremont aime de temps à autre tâter de l’univers asgardien, et signe ici un début de récit très dynamique où l’action prime. A suivre…


A noter :

Sur la dernière page de cette première partie, Warlock adopte une apparence humaine qui fait de lui le sosie de Longshot. Ce n’est pas explicitement dit en vf, ça l’est en revanche en vo (« locating self friends will be a real longshot. In that case, self had better look the part ») Un clin d’œil à l’autre série réalisée par Art Adams (avec Ann Nocenti), dont la parution débutait au même moment aux Etats-Unis (en France, il faudra attendre Spécial Strange n°56 de mai 1988).

Pour ce qui est de la transformation physique de Karma, je vous renvoie aux résumés de Michel sur les épisodes inédits de New Mutants (Lug offrira à ses lecteurs dans ce numéro un résumé d’une page sur les évènements qui se sont déroulés dans les épisodes non publiés).


EPSILON : Underground (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Au bas de l’échelle d’où il est tombé, Foxy la Carapate récupère Epsilon, inconscient mais toujours vivant. Pour le ramener chez lui, à Clignancourt, Foxy va devoir traverser un territoire dirigé par Nini Peau d’Chien, leader d’une bande rivale à celle de Foxy. Ses chances de passer sans histoires sont infimes. C’est bien ce sur quoi compte le Maître du Psi, dont les caméras ne lui permettront pas de suivre la progression d’Epsilon et de son nouvel ami…

Portant Epsilon sur son dos, Foxy est très rapidement pris à parti par une bande de loubards de la bande de Clichy. Il se précipite dans une aérospeed garée non loin, mais à l’intérieur l’attend Nini Peau d’Chien et deux de ses sbires. Foxy et Epsilon sont conduits au Q.G. de Nini, qui compte bien toucher la récompense d’un million d’eurécus promise pour la capture d’Epsilon. Sur place, Foxy sort un lasergun qu’il avait réussi à dissimuler. Il tire sur Nini, mais celle-ci, dotée d’une agilité exceptionnelle, parvient à esquiver sans mal, avant de lancer avec son fume-cigarette une fléchette anesthésiante.

Nini apporte le mémo-poignet d’Epsilon à Robox, un robot qui s’est réfugié dans l’underground parisien. Il ne parvient pas à percer le code lui permettant de lire les mémoires d’Epsilon, mais découvre l’unité contenant le programme de Mentor, qu’il réactive. Ce dernier ne l’aide pas davantage, n’acceptant de répondre qu’à son maître, Epsilon. Robox comprend néanmoins qu’Epsilon est un être hybride, mi-humain, mi-robot, et que seule une dose de psidium OH38 pourra le remettre en état de marche. Il utilise l’une des siennes, et Epsilon reprend progressivement conscience, voyant défiler devant lui des images de sa mère et de son père.

Dès son réveil, Epsilon détruit d’une rafale optique la porte de sa cellule et s’enfuit en compagnie de Foxy et Mentor. Découvrant leur fuite, Nini alerte ses troupes, mais Robox tente de l’en empêcher : il est convaincu qu’Epsilon est le futur sauveur de l’humanité. Nini utilise son fume-cigarette pour se débarrasser de lui.



Commentaire :

Découverte des bas-fonds de Paris et de la faune qui la peuple. On rencontre également pour la première fois Nini Peau d’Chien, clin d’œil à l’une des plus célèbres chansons d’Aristide Bruant.




LA VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Mardi-Gras (22 pages)
(Off-line !, in Vision & the Scarlet Witch #9, juin 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Frank Springer.
Couverture : Frank Howell & P. Craig Russell.

Résumé :

A l’occasion de Mardi-Gras, Vision et la Sorcière Rouge sortent en compagnie de Grâce et Illusion. Ces derniers doivent animer un spectacle le soir-même, auxquels leurs amis sont conviés. Vision et la Sorcière Rouge assistent aux préparatifs, puis Vision s’éclipse discrètement. Lorsqu’elle s’inquiète de sa disparition et interroge quelques personnes, la Sorcière Rouge apprend que Vision est parti en compagnie d’une superbe blonde. La blonde en question n’est autre que l’Enchanteresse, dont Vision est tombé amoureux. L’Enchanteresse attend de lui qu’il s’empare d’une émeraude qui lui fait envie, l’œil de Rajpur, ce qu’il accepte volontiers.

Lorsque le spectacle de Grâce et Illusion débute, Vision et la Sorcière Rouge n’ont pas regagné le théâtre. Leur show démarre, et Grâce est enfermée dans une cuve remplie d’eau. Grâce à ses pouvoirs sur les molécules de son corps, elle n’a aucun mal à en sortir discrètement et à quitter la scène. Elle se rend alors à l’endroit où est enfermé l’œil de Rajpur et le vole, avant de retourner sur scène terminer le spectacle.

Quelques minutes plus tard, Vision se rend également à l’endroit où se trouvait l’œil de Rajpur. En découvrant que l’émeraude a disparu, le charme qui l’avait fait tomber amoureux de l’Enchanteresse se rompt. Il part alors retrouver la Sorcière Rouge.

Plus tard, Vision et la Sorcière Rouge attaquent l’Enchanteresse, et la Sorcière Rouge lui conseille de ne plus approcher son mari. L’Enchanteresse accepte et disparaît. Vision s’excuse auprès de son épouse de ce qu’il a pu ressentir pour l’Enchanteresse et le couple se réconcilie.

De son côté, Crystal continue d’avoir une liaison avec Norm Webster, l’agent immobilier qui a vendu leur maison à Vision et Wanda. Crystal ne supporte plus la vie qu’elle mène auprès de son mari, qui semble peu s’intéresser à elle. Mais les coutumes des Inhumains lui interdisent de divorcer. Elle se rend donc aussi souvent que possible sur Terre pour y retrouver Norm. Pour cela, elle doit prendre une potion anti-pollution. Mais soudain, après l’avoir avalé, elle s’effondre. Paniqué, Norm Webster ne sait que faire…



Commentaire :

Un épisode spécial ‘L’Amour en danger’… Crystal trompe Vif-Argent avec un humain, Vision trompe sa femme avec l’Enchanteresse. L’humanisation de Vision ne fait désormais plus aucun doute, puisqu’il en a même acquis certaines faiblesses. L’idée est intéressante, malheureusement elle est desservie par une intrigue ridicule, et surtout l’utilisation que fait Englehart du personnage de l’Enchanteresse est pitoyable. Même à l’époque de Stan Lee la déesse n’a jamais semblé aussi superficielle et idiote. Dommage. Quant à savoir si Vision et l’Enchanteresse ont fait plus que s’embrasser, cela est laissé à l’appréciation de chacun…
  #26  
Vieux 31/07/2007, 10h02
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°97
Lug, février 1987.



LES NOUVEAUX MUTANTS : Home Sweet Home (2ème partie) (21 pages)
(Home is where the Heart is, in New Mutants Special Edition #1, 1985)

Scénario : Chris Claremont.
Dessin : Arthur Adams.
Encrage : Terry Austin.
Couverture : Arthur Adams & Terry Austin.

Résumé :

Les Nouveaux Mutants sont toujours séparés : dans une taverne, Solar s’attire les foudres des consommateurs (mais également toute l’attention des jeunes femmes présentes) en faisant une démonstration de ses pouvoirs ; Magma est recueillie par un peuple féerique qui va lui apporter tant de mets succulents qu’elle va s’en goinfrer jusqu’à s’évanouir, sous le regard ravi de ces créatures pas si bienveillantes que ça ; Rocket erre dans le royaume souterrain des nains, où il va sauver la femme de leur leader des griffes d’un troll ; Mirage va venir en aide à un cheval ailé pris au piège par des chasseurs et défier ces derniers. Elle va recevoir le soutien d’une dénommée Brume, chevauchant un étalon ailé semblable à celui qu’elle vient de sauver.

Pendant ce temps, l’Enchanteresse s’amuse à torturer Illyana, la seule des Nouveaux Mutants qu’elle a réussi à capturer. Elle va extraire d’elle la part sombre de son âme et lui donner forme humaine, créature qu’elle va lancer à la recherche des Nouveaux Mutants.

La première cible de l’Illyana démoniaque sera Cypher, travaillant comme serviteur à la cour d’Harald Einarson. Cypher réussit à fuir et tombe sur Warlock. Ils parviendront à s’échapper ensemble.

Dans la forêt où elle se trouve, Félina découvre que le Prince des Loups qui l’a sauvée peut lui aussi prendre une apparence humaine. Félina se sent fortement attirée par lui, mais elle ne peut oublier ses amis et décide finalement de repartir à leur recherche.

Après quelques exploits, la réputation de Solar est parvenue aux oreilles des Trois Guerriers (Fandrall, Hogun et Volstagg), qui vont décider de tester ses prouesses. Il va gagner leur admiration en réussissant à soulever le volumineux Volstagg, puis les accompagner dans leur tournée des bars.

Dans le royaume des nains, Rocket va devoir affronter Magma, apparemment hypnotisée par les ennemis jurés des nains : le peuple des ténèbres. Rocket réussira à repousser l’assaut, tandis que Magma sera capturée.



Commentaire :

Avoir coupé ce récit en trois parties le dessert quelque peu. On se trouve ici dans le ventre mou du récit, une succession de courtes saynètes mettant en scène à tour de rôle les différents Nouveaux Mutants. Heureusement, les planches d’Arthur Adams sont toujours aussi superbes.


Censure :

Cette deuxième partie a été réduite de deux pages et quelques panels :

Page 23, panels 5 à 7 (page 1 en vf) :



Pages 34-35, dans lesquelles Karma fait face à une sorte de ver des sables géant (ces pages s’intercalent entre les pages 11 et 12 de la vf) :





EPSILON : Underground 2 (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Alors que le Maître du Psi a envoyé ses Surveyors, sortes de cyborgs de combat, dans les bas-fonds de Paris, avec pour mission de retrouver et d’éliminer Epsilon, ce dernier est une nouvelle fois en fâcheuse posture lorsqu’il doit faire face à deux sbires de Nini Peau d’Chien : Bébé-la-Dérouille et Nénésse-Gros Flingue. Avec l’aide de Foxy la Carapate et de Mentor, il réussit à les vaincre et, en les interrogeant, à découvrir où se trouve le repère de Nini.

Sur place, Nini a disparu, mais Robox se trouve là. Il n’a été que blessé par Nini, et apprend à Epsilon que celle-ci a découvert qu’il est le fils du Maître du Psi, et qu’elle compte bien en tirer profit. Robox conseille également à Epsilon d’accéder au Grand Dénominateur Central de la Cité Haute, seul capable de lui apporter les réponses qu’il cherche. Epsilon remercie Robox, tout en se demandant qui est cet être mi-robot, mi-homme.

Nini Peau d’Chien réussit à décoller à bord d’une moto volante avant qu’Epsilon n’ait pu la rejoindre. Néanmoins, en quelques sauts, il parvient à s’accrocher à l’appareil. Il tire une rafale au moment où ils survolent la Seine, et l’appareil s’écrase dans les eaux boueuses et radioactives. Epsilon réussit à atteindre l’une des rives, tirant derrière lui Nini.

Pendant ce temps, les Surveyors ont réussi à mettre la main sur Foxy et Mentor. Mais Robox va leur venir en aide et mettre les Surveyors en fuite, après leur avoir révélé son vrai visage. Les cyborgs semblent stupéfaits par cette découverte…



Commentaire :

Pas grand chose de nouveau cet épisode, si ce n’est le rôle que joue Robox, et le mystère qui plane autour de sa véritable identité. Et puis aussi une jolie idée de la part de Mitton : on découvre que ce Paris souterrain est en réalité le Paris historique, surplombée une centaine de mètres plus haut d’un immense plafond servant de fondation à la nouvelle ville. La Tour Eiffel est ainsi devenue un point de passage entre les deux mondes…




VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Une Question d’honneur (22 pages)
(Spring Fever, in Vision & the Scarlet Witch #10, juillet 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Frank Springer.
Couverture : Richard Howell & Joe Sinnott.

Résumé :

Voilà un mois que Crystal, malade d’avoir trop pris de potion anti-pollution, a été ramenée sur la Lune, à Attilan, mais son état de santé ne s’améliore pas. A son chevet se trouvent son mari Vif-Argent, Flèche Noire, Médusa, ainsi que Vision et la Sorcière Rouge, qui la visitent chaque semaine. Ils sont cette fois accompagnés par Norm Webster, avec qui Crystal avait une liaison secrète. Liaison que Vif-Argent va découvrir lorsque sa femme, fiévreuse, va parler dans son sommeil. Fou de colère, il va s’attaquer à Norm, obligeant Vision à s’interposer. Médusa va proposer que Flèche Noire juge Norm, mais Vif-Argent est décidé à se venger. Il fait appel à la milice qu’il dirige, mais ses membres refusent de s’attaquer à un homme protégé par la famille royale. Vif-Argent quitte alors Attilan.

Flèche Noire, Médusa, Gorgone et Vision partent à la recherche de Vif-Argent, qu’ils vont ramener à Attilan après un bref combat, conclu par un cri de Flèche Noire.

Pendant ce temps, la Sorcière Rouge va utiliser ses pouvoirs mystiques pour pénétrer dans l’esprit de Crystal. En rencontrant sa projection astrale, la Sorcière comprend que Crystal n’ose sortir de son coma de peur de la réaction de sa famille. Wanda va la convaincre du contraire.

Au moment où Crystal se réveille, Vif-Argent est conduit dans sa chambre. Tous espèrent que les deux époux vont se réconcilier, mais Vif-Argent réagit violemment et s’en va.



Commentaire :

Un épisode sans grand intérêt, consacré presque exclusivement à la relation entre Crystal et Vif-Argent. Les thèmes de la fidélité et de la trahison avaient été traités de manière plus intéressante dans l’épisode précédent.

C’est également le dernier épisode publié par Lug. On imagine que le courrier des lecteurs n’est pas étranger à cette décision, mais elle arrive certainement trop tard. Abandonner la série alors qu’il ne reste que deux épisodes est un choix quelque peu étrange… L’éditeur aura néanmoins la gentillesse de préciser que l’accouchement de la Sorcière Rouge se passera bien et qu’elle donnera naissance à… des jumeaux (dont nous auront l’occasion de reparler d’ici quelques années, lorsque John Byrne prendra les commandes de West Coast Avengers).
  #27  
Vieux 01/08/2007, 21h59
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 720
Niglo est une petite crotte de super héros pourri


TITANS N°98
Lug, mars 1987.



LES NOUVEAUX MUTANTS : Home Sweet Home (3ème partie) (19 pages)
(Home is where the Heart is, in New Mutants Special Edition #1, 1985)

Scénario : Chris Claremont.
Dessin : Arthur Adams.
Encrage : Terry Austin.
Couverture : Arthur Adams & Terry Austin.

Résumé :

Mirage est conduite par Brume auprès de ses sœurs, mais ces dernières se montrent distantes. Elles la considèrent comme une étrangère, bien qu’un cheval ailé l’ait choisie pour devenir sa cavalière. Mirage ne comprend pas les enjeux de cette discussion, mais lorsqu’elle entend qu’un pacte de sang est désormais nécessaire, elle décide de fuir sans demander son reste.

Alors que Solar semble de plus en plus apprécier sa nouvelle vie, il reçoit la visite surprise de l’Illyana démoniaque. Avant qu’il ait pu faire quoi que ce soit, elle va lancer un sort qui va en faire son esclave. Elle va ensuite faire de même avec Félina qu’elle va enlever sous les yeux du Prince des Loups.

Loki rend visite à Eitri, le roi des nains, accompagné de Tornade qu’il a transformé en faucon afin qu’elle passe inaperçue. Loki est venu demander à Eitri de lui forger un marteau pour le nouveau Dieu du tonnerre. Parmi la foule, Loki repère Rocket et menace de le tuer si Eitri ne répond pas favorablement à sa requête. Eitri accepte donc.

Cela fait des semaines que Karma est perdue dans le désert. Elle a bien envisagé de cesser de lutter, mais elle doit rester en vie pour que la petite fille qu’elle a rencontré puisse survivre. Elle va passer tellement de temps dans le désert qu’elle finira par retrouver sa silhouette d’autrefois. Elle va finalement réussir à sortir du désert, et retrouver Doug et Warlock. A l’instant de ces retrouvailles, la petite fille qui l’accompagnait disparaît, comme si elle n’avait jamais existé… Mais Karma n’a pas le temps de s’interroger sur ce mystère : Illyana a retrouvé leur trace. Le combat s’engage. Les trois Nouveaux Mutants sont rapidement rejoints par Rocket, Magma et Mirage.

Depuis son domaine, l’Enchanteresse observe le combat. Elle est surprise de découvrir que Mirage est devenue une Walkyrie, et juge d’autant plus urgent de l’éliminer. Mais Karma, que sa traversée du désert a beaucoup changé elle aussi, va sans s’en rendre compte détruire le miroir de cristal qui permettait à l’Enchanteresse d’observer et de contrôler ses esclaves.

Le lendemain pourtant, Illyana et ses troupes, visiblement victorieuses, sont de retour au château de l’Enchanteresse. Celle-ci réalise trop tard qu’il s’agit d’un piège que lui ont tendu les Nouveaux Mutants. Pendant que le reste de l’équipe s’attaque aux troupes de l’Enchanteresse, Karma retrouve l’endroit où est détenue la vraie Illyana et la libère. La jeune femme reprend possession de la part d’ombre que l’Enchanteresse lui avait arraché. Cette dernière tente une ultime attaque contre les deux mutantes, mais le reste de l’équipe arrive à la rescousse et capture l’Enchanteresse. Illyana téléporte tout le monde dans les limbes, où elle remet l’Enchanteresse entre les mains de Sym. Les Nouveaux Mutants sont libres, mais ce n’est pas le cas de Tornade. Après en avoir discuté, il décident de retourner à Asgard la délivrer.



Commentaire :

Fin de ce long récit, dont la suite paraîtra dès le mois prochain. Au terme de cette première partie, la plupart des Nouveaux Mutants ont pour la plupart beaucoup changé : Mirage est devenue une Valkyrie, Karma a retrouvé sa taille de guêpe, Solar, Rocket et Doug ne semblent guère pressés de retrouver leur quotidien, et Magma n’est plus tout à fait humaine. Chris Claremont a su habilement profiter de ces aventures pour faire évoluer ses personnages.

Mais la révélation de cette histoire, c’est bien évidemment Arthur Adams. Son style convient à merveille à ce récit, tout en démesure, et où il peut laisser libre cours à son imagination. Les débuts d’une légende…


A noter :

Cette histoire se poursuit dans Uncanny X-Men Annual #9, que l’on retrouvera dès le mois prochain dans Titans.


Censure :

Seuls deux panels ont été supprimés (remplacés par le titre de la série et le résumé des épisodes précédents).

Page 46, panels 3 & 5 :





Le traitement qui a été infligé à Illyana semble moins douloureux en vf qu’en vo…






EPSILON : Underground 3 (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Epsilon a réussi à sortir Nini Peau d’Chien de la Seine, mais elle sait qu’elle a été contaminée par les eaux radioactives et qu’elle est condamnée à une mort atroce. Elle demande à Epsilon de la tuer, ce qu’il refuse de faire. Alors qu’il lui tourne le dos, Nini tend son porte-cigarette vers lui. Arrivé au même moment, Foxy croit qu’elle va tirer sur Epsilon et l’abat. En fait il s’agissait d’un porte-cigarette tout à fait ordinaire, mais Nini remercie Foxy avant de mourir.

Alors qu’ils s’apprêtent à quitter les lieux, Epsilon, Foxy et Mentor sont assaillis par une foule hostile : les Irradiés, qui occupent ce secteur. Ils parviennent à leur échapper en s’enfuyant par les égouts. Au terme d’une longue course poursuite, ils arrivent dans une salle où un gigantesque démon se jette sur eux. Ils découvrent bientôt qu’il ne s’agit que d’un hologramme, destiné à faire fuir les curieux. L’un des murs de la salle porte le symbole du Psi, au milieu duquel se trouve une œil électronique. Alors que les Irradiés approchent, Epsilon prononce son nom face à la cellule et la porte s’ouvre. Derrière elle, les trois amis sont accueillis par une douzaine d’individus encapuchonnés qui se présentent comme représentant l’anti-Psi, et qui accueillent Epsilon comme le messie. Ils affirment l’attendre depuis un siècle, depuis que le Maître du Psi a vaincu les Messagers Galactiques et pris le contrôle de la planète.



Commentaire :

Rien de notable dans cet épisode, hormis dans ses dernières pages, introduisant la résistance au Maître du Psi. Le reste du récit consiste en quelques péripéties sans grand intérêt.




LES VENGEURS DE LA COTE OUEST : Cavalier seul ! (19 pages sur 22)
(Singleton !, in West Coast Avengers #3, décembre 1985)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Al Milgrom.
Encrage : Joe Sinnott.
Couverture : Al Milgrom & Joe Sinnott.

Résumé :

Après avoir vaincu Ultron et le Moissonneur, les Vengeurs de la Côte Ouest font leurs adieux à Vision et la Sorcière Rouge. Wonder Man leur a proposé de les accompagner en Californie, mais le couple est décidé à retourner s’installer dans le New Jersey.

Durant le voyage de retour, les Vengeurs se félicitent de leur succès. Mais Tigra ne partage pas l’allégresse générale : à cause de son intervention, Ultron a réussi à s’enfuir. Elle pense ne pas avoir sa place au sein de l’équipe et, peu avant leur arrivée, elle saute du Quinjet en plein vol et disparaît en ville. Là, elle surprend une bande de voleurs en flagrant délit et les attaque. Mais le chef de ces derniers intervient : il s’agit de Kraven le Chasseur, que Tigra a déjà dû affronter à deux reprises. Il réussit à la blesser à l’aide d’une défense enduite de venin, et Tigra ne peut empêcher la bande de s’enfuir.

De retour à leur Q.G., les Vengeurs enferment Goliath. Henry propose à Œil de Faucon et Iron Man de rester ici et de s’occuper de la maintenance. Œil de Faucon promet d’en parler au reste de l’équipe. Il est également décidé à engager un sixième membre. Il part ensuite faire une balade sur le bord de mer avec Oiseau-Moqueur, mais il ne peut s’empêcher de s’inquiéter pour Tigra, et décide de partir à sa recherche.

De son côté, Tigra finit par retrouver la trace de Kraven. Leur combat a lieu à Griffith Park, où Kraven a eu le temps d’installer quelques pièges. Tigra est décidée à régler son compte à Kraven toute seule, et lorsque Œil de Faucon et Oiseau-Moqueur passe à proximité de l’endroit où ils s’affrontent, elle se dissimule sous les arbres. Une décision qui manque de peu de lui être fatale, lorsque Kraven réussit à la jeter à terre et s’apprête à l’achever. Mais les deux Vengeurs ont fini par les repérer et interviennent. Oiseau-Moqueur n’a guère de mal à mettre Kraven K.O. Tigra leur reproche leur intervention, mais ils réussissent à la convaincre qu’ils sont plus efficaces ensemble que séparément. Elle finit par accepter de regagner avec eux le Q.G. des Vengeurs.

Tandis que les Vengeurs se délassent au bord de leur piscine, Œil de Faucon continue de se demander qui pourrait être le sixième membre de l’équipe. C’est alors qu’ils reçoivent un visiteur inattendu : la Chose.



Commentaire :

Cette fois, les Vengeurs de la Côte Ouest prennent leur véritable essor dans les pages de Titans. Ce premier épisode est essentiellement centré sur Tigra, qui apparaît en quelque sorte comme le maillon faible de l’équipe. Elle doute de ses capacités, et même de qui elle est réellement, la femme et l’animal en elle semblant s’affronter pour prendre le contrôle de son corps.

Utiliser le personnage de Kraven face à Tigra n’est pas une mauvaise idée. Les deux personnages se sont déjà rencontrés et ont un certain contentieux, en particulier après le traitement que Kraven a fait subir à Tigra lors de leur dernière rencontre, dans Marvel Team-Up #67 (mars 1978, trad. in Spécial Strange n°25, août 1981). Malheureusement, leur duel ici ne présente pas grand intérêt, Kraven se contente de jouer les utilitaires et est facilement vaincu dès qu’il a fini de jouer son rôle dans le récit.


Censure :

Cet épisode a été réduit de 3 pages :

Page 6, panel 5 :



Page 7, panels 1, 3 à 5 :





Page 14, panel 7 :



Page 15, panels 1 à 5 :



Page 18, panels 4 à 6 (on remarquera la présence de Scourge dans l’avant-dernier panel) :





Page 19, panels 1 à 4 :

  #28  
Vieux 28/04/2008, 00h30
Avatar de michel
michel michel est connecté maintenant
10pensable
 
Date d'inscription: août 2002
Localisation: Brive / Toulouse
Messages: 18 225
michel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantium
Résumé rédigé par NIGLO



TITANS N°99
Lug, avril 1987.



LES NOUVEAUX MUTANTS : La Saga d’Ororo (1ère partie) (23 pages)
(There’s no place like Home, in Uncanny X-Men Annual #9, 1985)

Scénario : Chris Claremont.
Dessin : Arthur Adams.
Encrage : Alan Gordon, Mike Mignola & Arthur Adams.
Couverture : Arthur Adams & Walt Simonson.

Résumé :

Les X-Men partent pour Asgard, à la recherche d’Ororo et des Nouveaux Mutants.


Commentaire :

Les 64 pages du New Mutants Special ne lui ayant pas suffi, Chris Claremont boucle son récit asgardien dans ce Uncanny X-Men Annual. Bonne nouvelle : Arthur Adams est toujours de la partie.

Les X-Men sont avertis du danger que courent les Nouveaux Mutants grâce à un appel de détresse psychique envoyé par Illyana à Kitty. Les images qu’ils perçoivent (Illyana plus démone qu’humaine, Ororo maîtrisant à nouveau les éléments) les inquiètent suffisamment pour qu’ils partent illico pour Asgard. Leur moyen de transport : des éclairs ayant appartenu à Arkon (rappelez-vous, in X-Men Annual #3, 1979, trad. in Descente aux Enfers, Les Etranges X-Men n°1, 1983).


Dès leur arrivée, les X-Men tombent sur le Prince des Loups, en fâcheuse posture face à quelques trolls. Puis c’est Héla qui apparaît. La déesse de la mort s’intéresse surtout à Phénix, et lui parle de sa mère, avec qui elle prétend avoir beaucoup en commun (« elle servait ma cause, en m’envoyant de nombreuses âmes. »). Phénix semble décidée à assumer l’héritage de sa mère – elle porte désormais un nouveau costume, dont la découpe reprend le symbole du Phénix, ce qui n’est pas vraiment du goût de Cyclope – mais va se faire rappeler à intervalles réguliers les dangers que représente un tel choix.

Les X-Men vont se séparer en deux groupes, l’un partant à la recherche d’Ororo et des Nouveaux Mutants, les autres ayant pour mission de trouver Thor. Pour passer inaperçu au milieu des Asgardiens, Serval aura droit au costume le plus ridicule de toute sa carrière…


Les Nouveaux Mutants vivent de manière très diverse leur séjour à Asgard et les transformations que certains y ont subi. Devenue fée, Magma semble effrayée par sa nouvelle condition. A l’inverse, Solar apprécie visiblement sa vie d’aventurier, fréquentant les bars et les plus belles donzelles d’Asgard. Un genre de vie qu’aimerait connaître Doug Ramsey, qui juge ses pouvoirs dérisoires. Félina se sent écartelée entre son éducation et l’attraction toute animale qu’exerce sur elle le Prince des Loups. Quant à Danielle Moonstar, elle s’étonne et s’inquiète de la façon dont les autres la perçoivent désormais, en particulier lorsque Warlock l’attaque sans aucune raison. Le personnage le plus énigmatique reste Illyana, qui semble parfaitement gérer la situation, mais dont le côté démoniaque semble progressivement prendre le pas sur son côté humain.

De son côté, Ororo semble être sous le charme de Loki. Celui-ci a promis de lui rendre ses pouvoirs. Il a pour projet de permettre à Ororo de devenir la nouvelle déesse du Tonnerre, à la place de son frère Thor. Et accessoirement de se venger des X-Men…

Arthur Adams est toujours aussi bon, Chris Claremont toujours un peu trop bavard, mais le récit se laisse lire tout à fait agréablement.


EPSILON : Underground 4 (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Après avoir rencontré les prêtres de l’Anti-Psi, Epsilon et Foxy se rendent à l’Underground de Clignancourt, où ils sont abattus par erreur par deux gardes.


Commentaire :

On en apprend un peu plus sur l’Anti-Psi, secte ayant juré de renverser le Maître du Psi, et qui voient en Epsilon le sauveur annoncé par les prophécies. On apprend également qu’un bouleversement majeur a eu lieu au début de XXIème siècle, sans en connaître la nature. Même les bases de données de Mentor sont vides sur cette période.

Les prêtres de l’Anti-Psi font visiter à Epsilon leurs réserves diverses et surtout leur armurerie. Un arsenal devant leur permettre de gagner la guerre contre le Maître du Psi. Epsilon refuse catégoriquement de prendre la tête d’une révolte armée, optant pour une solution solitaire et surtout pacifique. Avant de quitter la cachette de l’Anti-Psi, Epsilon résume ainsi sa pensée : « Toi qui veux sauver les hommes, commence à vivre parmi eux en soulageant leurs misères… Tu as ici de quoi nourrir et habiller tous les Undergrounds de Paris ! La solidarité et l’amour sont des armes contre lesquelles le Psi ne pourra jamais lutter ! »

Epsilon et Foxy pensent trouver un refuge à l’Underground de Clignancourt, d’où vient Foxy, mais ils ont oublié un détail : ils avaient repris le maquillage des Undergrounds de Clichy pour pouvoir arriver jusque là ! Dans la pénombre, ils sont abattus par deux gardes. Epsilon, seulement blessé, est conduit à Pogne d’Acier, le leader de Clignancourt.


Après la prophétie de l’Anti-Psi, c’est au tour d’un membre des Undergrounds de Clignancourt, surnommé Pouilleux le Prophète, d’accueillir Epsilon comme le nouveau messie. Mais personne ne tient compte de ses péroraisons. Epsilon doit être exécuté publiquement, de la main même de Pogne d’Acier, à l’ancien vélodrome…




LES VENGEURS DE LA CÔTE OUEST : Master Pandemonium ! (21 pages sur 23)
(Master Pandemonium !, in West Coast Avengers #4, janvier 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Al Milgrom.
Encrage : Joe Sinnott.
Couverture : Al Milgrom & Joe Sinnott.

Résumé :

Les Vengeurs de la Côte Ouest reçoivent la visite inattendue de Firebird, poursuivie par un dénommé Master Pandemonium.


Commentaire :

L’épisode précédent se terminait sur la proposition faite à la Chose par Œil de Faucon de rejoindre les Vengeurs. Celui-ci démarre dans la foulée, et c’est un non catégorique. Ce qui n’empêchera pas Œil de Faucon d’insister, encore et encore. Un petit jeu qui va durer quelques numéros.

A sa sortie du Q.G. des Vengeurs, la Chose croit voir tomber du ciel la Torche Humaine. Il se précipite à son secours et découvre qu’il s’agit d’une jeune femme : Firebird.


Le personnage de Firebird fut créé par Bill Mantlo et Sal Buscema dans Incredible Hulk #265 (novembre 1981, non traduit) où, en compagnie de quelques autres personnages locaux (Red Wolf, Texas Twister, Shooting Star et Night Rider) elle s’attaqua à Hulk. Un personnage peu développé par son créateur (on sait juste qu’elle s’occupe d’enfants déshérités et tient ses pouvoirs d’une météorite) et qu’Englehart va étoffer quelque peu.

A son réveil, Firebird dit aux Vengeurs avoir été attaquée par un être étrange dénommé Master Pandemonium, dont les membres sont des démons ! Englehart crée ici un vilain aux pouvoirs particulièrement intrigants, malheureusement, sous le crayon d’Al Milgrom, il apparaît surtout extrêmement ridicule ! Il faudra attendre l’arrivée de John Byrne sur la série pour pouvoir commencer à prendre le personnage au sérieux.

Les motivations de Master Pandemonium pour attaquer Firebird ne sont pas explicitées lors de cette première apparition. Il dit être à la recherche des ‘Cinq’. Il en sera de même un peu plus tard lorsqu’il attaquera la Chose, en plein entraînement avant le match de catch prévu le soir même.


Pour finir de rendre Master Pandemonium particulièrement étrange, outre qu’il est capable d’invoquer des démons à partir de ses membres ou de les expulser de son corps, il est accompagné de sa recherche des ‘Cinq’ d’un démon à l’apparence d’un aigle, fumant le cigare et s’exprimant dans un français (en vf) très approximatif.

Evidemment, avec la propension de Master Pandemonium à sortir des démons hideux de partout, le combat l’opposant aux Vengeurs a été largement censuré par Lug, comme on le voit ci-dessous.

En dehors de cet échange de baffes final, Steve Englehart développe quelques intrigues secondaires. Tigra semble se contrôler de moins en moins, sa part féline prenant progressivement le dessus sur sa part humaine. Hank Pym s’inquiète de recevoir des appels anonymes, inquiétude qui va se transformer en frayeur lorsque son interlocuteur finira par se faire connaître : ce n’est autre qu’Ultron ! Enfin Wonder Man, sans en informer ses camarades, se rend à l’émission de Johnny Carson, où il annonce en direct que, des années plus tôt, c’est lui qui a commis l’escroquerie dont son frère a été accusé. Il demande ensuite aux spectateurs de le juger pour ses actes, puis sort du studio, sous les acclamations du public.


Un épisode bien dense donc, qui aurait pu être spectaculaire dans sa dernière partie si un autre que Al Milgrom s’était chargé de la partie graphique.


Censure :

Cet épisode a été réduit de deux pages. Les panels suivants ont été supprimés :

Page 17, panels 2 à 5 :



Page 18, panel 1 :



Page 19, panel 4 :



Page 20, panel 3 :



Page 21, panels 6 & 7 :



Sur plusieurs panels, quelques monstres ont été effacés (ci-dessous page 23, panel 2) :

__________________
http://www.comicsvf.com

Stannis : What is the life of one bastard boy against one kingdom ?
Davos : Everything.
  #29  
Vieux 28/04/2008, 01h14
Avatar de michel
michel michel est connecté maintenant
10pensable
 
Date d'inscription: août 2002
Localisation: Brive / Toulouse
Messages: 18 225
michel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantium
Résumé rédigé par NIGLO



TITANS N°100
Lug, mai 1987.



LES NOUVEAUX MUTANTS : La Saga d’Ororo (2ème partie) (25 pages)
(There’s no place like Home, in Uncanny X-Men Annual #9, 1985)

Scénario : Chris Claremont.
Dessin : Arthur Adams.
Encrage : Alan Gordon, Mike Mignola & Arthur Adams.
Couverture : Arthur Adams & Walt Simonson.

Résumé :

Affrontement final entre X-Men, Nouveaux Mutants et Loki. L’enjeu : Tornade.


Commentaire :

L’action prend le pas dans cette seconde moitié de cet annual. Après avoir capturé une partie des X-Men et des Nouveaux Mutants, aidé par Illyana et Tornade, Loki envoie ses troupes trouver les autres membres des deux équipes. Il ne pourra cependant pas empêcher ces derniers devenir jouer les trouble-fête à la grande cérémonie qu’il a organisé, au terme de laquelle Tornade doit devenir la nouvelle déesse du Tonnerre. Loki a fait fabriquer par Eitri, le forgeron troll, un marteau d’uru enchanté qui va non seulement rendre ses pouvoirs à Tornade, mais également accentuer le contrôle qu’il a sur elle.

La cérémonie sera le lieu du combat final contre Loki. Arthur Adams signe ici des planches absolument somptueuses, spectaculaires et violentes. Serval en sortira particulièrement mal en point (après avoir été mordu par un dragon venimeux, il prendra de plein fouet une rafale d’énergie tirée par Tornade), à tel point que Héla fera son apparition pour réclamer son âme. On découvrira à cette occasion plus précisément le nouveau statut de Danielle Moonstar, désormais devenue une walkyrie, « celle qui désigne les morts sur le champ de bataille ». Elle peut effectivement pressentir qui est sur le point de mourir, mais va tout faire pour venir en aide à Serval plutôt que d’aider Héla.


L’irruption d’Héla va indirectement débloquer la situation. Tornade retrouve son libre-arbitre, et Loki perd rapidement le contrôle de la situation. Dans une ultime pirouette, il accepte de laisser les mutants quitter Asgard, mais à condition qu’ils partent tous. La décision est particulièrement difficile à prendre pour certains d’entre eux, que ce soit Solar, qui depuis qu’il se trouve ici mène la vie de ses rêves, ou Félina, qui a découvert l’amour auprès du Prince des Loups. Quant à Tornade, quitter Asgard lui fera perdre une nouvelle fois ses pouvoirs. Néanmoins, tout le monde finit par choisir le retour sur Terre.

X-Men et Nouveaux Mutants n’auront été que les pions de Loki durant cette histoire. Son unique but était de se servir d’eux pour faire chuter Thor et le remplacer par Tornade. Le genre de manipulations qui sied bien au personnage. On découvre au terme du récit qu’un autre personnage a également agi dans l’ombre : Karnilla, la reine des Normes. C’est elle qui a permis aux X-Men de se rendre sur Asgard pour y contrecarrer les plans de Loki. Ainsi les mutants ont-ils été doublement manipulés, sans même le savoir.

Au final, force est de constater que l’univers asgardien et celui des mutants se marient étonnamment bien. Chris Claremont sort des intrigues qui constituent l’ordinaire des X-Men et joue fort bien du décalage entre ce monde de magie et ces personnages habitués à des aventures plus terre à terre. Plusieurs d’entre eux sortiront de cette aventure profondément changés, à commencer par Danielle Moonstar.


Censure :

Seul un panel a été supprimé (page 24, panel 7), pour faire de la place au titre de cette seconde partie.



EPSILON : Jeux barbares (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Epsilon affronte Pogne d’Acier, le leader de l’Underground de Clignancourt.


Commentaire :

Jean Mitton se fait plaisir ici à mettre en scène une longue scène de combat. L’exécution prévue d’Epsilon se transforme en un duel à mort entre lui et Pogne d’Acier, sous les acclamations des tous les habitants de l’Underground de Clignancourt. Comme toujours Mitton réalise un jolie scène, dynamique à souhait.


Epsilon sortant vainqueur du combat, la foule réclame alors la mort de Pogne d’Acier, tandis que les deux gardes qui ont tué accidentellement Foxy craignent qu’Epsilon ne révèle la vérité. Après un nouveau laïus d’Epsilon fustigeant la violence de la population des bas-fonds de Paris, l’épisode se termine en pugilat généralisé, Epsilon et Pogne d’Acier s’alliant pour faire face à une population en furie. La situation d’Epsilon s’avère être encore plus précaire au terme de cet épisode qu’à son début.

Pouilleux le Prophète refait également une apparition, après avoir découvert par hasard un Mentor mal en point. Il tente de convaincre la population qu’Epsilon est le sauveur venu les libérer du Maître du Psi, mais personne ne lui prête attention.




LES VENGEURS DE LA CÔTE OUEST : Au Commencement était le Chat (20 pages sur 22)
(Quest for Cats !, in West Coast Avengers #6, mars 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Al Milgrom & Kyle Baker.
Encrage : Kyle Baker.
Couverture : Al Milgrom & Kyle Baker.

Résumé :

Pour venir en aide à Tigra, les Vengeurs de la Côte Ouest se rendent dans la cité du Peuple-Chat.


Commentaire :

Avec l’aide de Morbius, les Vengeurs de la Côte Ouest ouvrent un portail mystique les emmenant jusqu’à la cité du Peuple-Chat. Etant donné leurs liens avec Tigra, la mission devrait se passer sans problèmes, mais bien évidemment ce ne sera pas le cas. Dès leur arrivée, les Vengeurs sont arrêtés. Tigra est conduite devant le roi du Peuple-Chat, qui accepte de lui venir en aide, mais en supprimant sa moitié humaine et non sa moitié féline. Une solution inacceptable pour la jeune femme.


Tigra fait la connaissance de Balkatar, aux charmes duquel elle n’est pas insensible (voir plus bas la scène coupée par Lug, d’un érotisme tout félin). A ses côtés, elle en apprend davantage sur sa condition et celle du Peuple-Chat.

Le Peuple-Chat est le fruit d’une expérience d’un sorcier, qui créa ses premiers représentants, Flavius et Hélène, à partir de chats ordinaires (in What If ? #35, octobre 1982, trad. in Spidey n°60, janvier 1985). Ces derniers poursuivirent les expériences de leur créateur, mais plutôt que de travailler sur des chats, ils utilisèrent des humains. C’est ainsi que naquit la première Tigra. Celle-ci s’accoupla avec le premier Balkatar (titre de l’homme-chat chargé de servir de liaison entre le Peuple-Chat, banni dans le Royaume Intérieur, et le monde extérieur, où sont restés Flavius et Hélène) pour donner naissance à un nouvelle lignée d’Hommes-Chats. Tigra quant à elle constitue une nouvelle variante, fruit des recherches du Dr. Tumolo, à l’origine de sa première transformation (in The Cat #1, novembre 1972, trad. in Vengeur n°12, Arédit, 1er trimestre 1975 ; rééd. in Strange Spécial Origines n°157bis, janvier 1983).

Le roi du Peuple-Chat finit par accepter d’accéder à la requête de Tigra, mais pose une condition : elle doit tuer Master Pandemonium. Une condition qu’elle taira à ses collègues Vengeurs.

Wonder Man n’a pas pu se joindre au voyage. Son agent lui a décroché un rôle dans un film à gros budget : Arkon IV, dont l’acteur principal est un certain Arnold Schwarzburger. A sa place (et à celle d’Iron Man, absent de cet épisode), les Vengeurs ont demandé à Firebird de les accompagner (elle ne demandait pas mieux) et Œil de Faucon a réussi à décider la Chose de les rejoindre, même si ce n’est que temporaire.


De son côté, Hank Pym accepte de rencontrer Ultron-12, la dernière incarnation du robot qu’il a créé. Ultron affirme avoir atteint un nouveau stade d’évolution et ne plus être l’ennemi des Vengeurs. Au contraire, il demande à Hank Pym de le considérer comme son fils. Ce dernier ne peut néanmoins s’empêcher d’être sceptique quant aux véritables intentions du robot.

La très bonne nouvelle de cet épisode, c’est que Joe Sinnott y cède sa place à Kyle Baker. Al Milgrom signe toujours les layouts, mais malgré une mise en page très sage, Baker parvient à marquer de son style ces planches. Et les récits de Steve Englehart y gagnent beaucoup en intérêt sous le pinceau de Baker. Dommage que cela ne dure que le temps d’un épisode.


Censure :

Cet épisode a été réduit de deux pages. Les panels suivants ont été supprimés :

Page 15, panels 2 à 5 :



Page 16, panels 1 & 2 :



Page 21, panel 5 :



Page 22, panels 1, 2 & 4 :



__________________
http://www.comicsvf.com

Stannis : What is the life of one bastard boy against one kingdom ?
Davos : Everything.
  #30  
Vieux 28/04/2008, 02h14
Avatar de michel
michel michel est connecté maintenant
10pensable
 
Date d'inscription: août 2002
Localisation: Brive / Toulouse
Messages: 18 225
michel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantiummichel a un string en adamantium
Résumé rédigé par NIGLO



TITANS N°101
Lug, juin 1987.



LES NOUVEAUX MUTANTS : Les Temps changent ! (20 pages sur 22)
(The Times, they are a’changin’ !, in New Mutants #35, janvier 1986)

Scénario : Chris Claremont.
Dessin : Mary Wilshire.
Encrage : Bill Sienkiewicz.
Couverture : Mary Wilshire & Bill Sienkiewicz.

Résumé :

Les Nouveaux Mutants rencontrent le remplaçant du Professeur X : Magnéto.


Commentaire :

Cet épisode marque les débuts de Magnéto à la tête des Nouveaux Mutants, suite aux évènements d’Uncanny X-Men #200 (décembre 1985, trad. in Spécial Strange n°53, novembre 1987). Les Nouveaux Mutants n’ont jamais eu à affronter Magnéto, mais sa réputation est bien suffisante pour qu’ils s’en méfient.


L’épisode débute donc dans une ambiance on ne peut plus glaciale. Magnéto essaie de gagner la confiance de ses étudiants, mais n’est pas exempt de maladresses dans son comportement (il interdit à Cypher de participer à une séance d’entraînement, ses pouvoirs étant inutile dans une simulation de combat, ce qui vexe profondément le jeune homme). La séance d’entraînement oppose les Nouveaux Mutants à Magnéto, qui en sort vainqueur haut la main.

La seconde partie de l’épisode va tenter de rapprocher les deux partis. Le prétexte est une bande de voyous alcoolisés qui va agresser Dani. Magnéto va en faire une affaire personnelle, et s’occuper lui-même des agresseurs. Son intervention est plus impressionnante que vraiment dangereuse pour les voyous, Claremont montrant ainsi que le personnage a changé. A distance, les Nouveaux Mutants observent Magnéto, et pour la première fois éprouvent du respect pour lui et ses méthodes. Le clash tant redouté n’aura pas lieu, Magnéto est accepté par les Nouveaux Mutants.


Censure :

Cet épisode a été réduit de 2 pages. Les panels suivants ont été supprimés :

Page 14, panels 4 à 6 :



Page 15, panels 2 & 3 (le panel 1 a été réduit de moitié) :



Page 19 :



EPSILON : Cité haute (1ère partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Après avoir échappé à la foule assoiffée de sang de Clignancourt, Epsilon et ses amis partent à la recherche de Dzeta.


Commentaire :

L’épisode débute alors qu’Epsilon est sur le point d’être lynché par une foule prise de folie. Survient alors un miracle : la résurrection de Foxy, qui va laisser tout le monde sans voix. En fait, Mentor lui a donné une gélule de Psidium, qui donne son énergie à Epsilon. Apparemment, le pacte de sang qu’ont contracté Epsilon et Foxy a transmis à ce dernier une part de l’énergie d’Epsilon, lui permettant de survivre aux tirs de laser et de reprendre ses esprits à présent.

Cette mésaventure aura apporté à Epsilon un nouvel allié : Pogne d’Acier. Celui-ci se montre très impressionné par Epsilon, à la fois ses talents de combattant, mais également sa philosophie non-violente. Il se montrera même clément avec ceux qui ont tenté d’assassiner Foxy, se contentant de les bannir de Clignancourt. Puis il annonce à la population abandonner son leadership. Le lynchage qu’il a failli subir lui a ouvert les yeux sur ceux qu’il dirigeait, et sur ses propres actions. Désormais, il suivra Epsilon, où que celui-ci décide d’aller.


Epsilon apprend de Pouilleux le Prophète, mortellement blessé dans la bagarre générale, que Dzeta est détenu par la police et sur le point d’être déportée. Il décide de partir aussitôt la secourir. Pour regagner le Paris d’en haut, il doit se rendre au Sacré Cœur, point de passage secret vers la Cité-Haute, situé en plein territoire de l’Underground de Montmartre. Sous un tir nourri, leur véhicule atteint le monument. Malheureusement, la porte menant à la Cité-Haute est fermée et apparemment indestructible.

Comme souvent, le récit n’est pas désagréable, à condition de ne pas être allergique aux dialogues ampoulés au possible de Jean Mitton.




LES VENGEURS DE LA CÔTE OUEST : Le Fils Prodigue ! (18 pages)
(U, Robot !, in West Coast Avengers #7, avril 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Al Milgrom & Joe Sinnott.
Encrage : Joe Sinnott.
Couverture : Al Milgrom & Joe Sinnott.

Résumé :

Ultron-11 et Ultron-12 s’affrontent dans un duel à mort dont Hank Pym est le témoin impuissant.


Commentaire :

Hank Pym accepte de se rendre à un nouveau rendez-vous que lui a donné Ultron-12. Il est toujours aussi méfiant envers son ancien adversaire, mais accepte de lui accorder le bénéfice du doute. Le ‘père’ et le ‘fils’ auraient pu, avec le temps, apprendre à se faire mutuelle confiance, si un troisième personnage n’était pas venu y mettre un terme : Ultron-11.

Ultron-11 avait été détruit lors des Guerres Secrètes. La Chose avait gardé son crâne en guise de trophée. Quelques temps plus tard, l’immeuble où vit Alicia Masters, et où la Chose avait laissé le crâne, fut détruit par les Spectres (in Fantastic Four #277, avril 1985, trad. in Nova n°124, mai 1988). Le lendemain, une infirmière, Annie Carruthers, trouva le crâne dans les ruines et l’emmena chez elle. Posé sur un poste de télévision, Ultron-11 reprit vit et prit le contrôle de l’esprit d’Annie. Il en fit de même ensuite avec un certain David Menconi, jeune informaticien, qu’il utilisa pour se construire un nouveau corps.


Dans un premier temps, Steve Englehart faire en sorte que l’on croit à une trahison d’Ultron, qui va attaquer sans crier gare Hank Pym. Jusqu’à ce qu’arrive sur les lieux l’autre Ultron et que les deux s’affrontent. Ultron-12 ne tiendra pas longtemps face à sa version antérieure. En piteux état, il n’aura d’autre choix que d’aller chercher de l’aide, Wonder Man en l’occurrence. Ce dernier règlera son compte rapidement à Ultron-11, faisant preuve d’une puissance et d’une confiance en lui inhabituelle, et libèrera Hank Pym, qui était sur le point de se faire démembrer !

Steve Englehart présente Ultron-12 comme une version adulte du robot, ces incarnations précédentes étant le même être mais adolescent. D’où cette haine irrationnelle mêlée de jalousie pour le père/créateur qu’est Hank Pym. Ultron-12 mourra dans les bras de son père, qui sera bouleversé par cette disparition, et par la prise de conscience de ce qu’était devenu cet Ultron.

Le reste de l’équipe n’apparaît que brièvement dans cet épisode, lors d’une fête que le Peuple-Chat leur a organisé.


Censure :

Cet épisode a été réduit de 4 pages. Les panels suivants ont été supprimés :

Page 2, panels 1 & 2 :



Page 3, panels 1 & 4 :





Page 10, panels 3 & 4 :



Page 11, panels 3 & 4 :



Page 19 :



Page 20 :

__________________
http://www.comicsvf.com

Stannis : What is the life of one bastard boy against one kingdom ?
Davos : Everything.
Discussion fermée

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 13h03.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !